Aller au contenu principal
AUBERGINE

Le greffage pour des agrosystèmes durables

La diversification génétique des porte-greffes, notamment d’aubergine, améliore le niveau de résistance aux bio-agresseurs telluriques, champignons et nématodes. Elle permet également d’envisager la rotation des porte-greffes.

« Le greffage est un levier pour aller vers des agrosystèmes durables ». Ce constat réalisé par Claire Goillon, Aprel, lors des rencontres techniques phytosanitaires Ctifl/ SDQPV, porte sur le contrôle des bio-agresseurs telluriques de l’aubergine et du concombre (Verticilliose, nématodes, anthracnose.). Comme le suggère le projet Gedubat, la gestion des bio-agresseurs telluriques est construite autour de trois grands axes : l’augmentation de l’activité biologique des sols (apport de matière organique, engrais verts…), la réduction de l’inoculum tellurique (solarisation, plantes pièges, retrait des racines…) et la stimulation de la plante (résistances génétiques, greffage, SDP…).

Cet article est réservé aux abonnés web Fruits & Légumes

Découvrez l'offre web Fruits et Légumes

Accès à tous les articles de la filière
Fruits et Légumes

Accès aux revues numériques sur PC, tablettes et smartphones

Accès newsletters Fruits et Légumes:
L'hebdo Filière
La bimensuelle Bio

Accès à l'ensemble des cotations
Fruits et Légumes

À lire aussi

  • Vignette
    Une qualité fragile

    Tendance : La fin de semaine 24 s’est montrée plus active et moins fournie en vo

  • Vignette
    De faibles apports

    Tendance : Les volumes du Sud-Est sont restés limités, en semaine 24, et ont été

  • Vignette
    Un bon écoulement

    Tendance : Les ventes ont affiché un bon rythme, ces derniers jours, avec de bon

  • Vignette
    Des ventes insuffisantes

    Tendance : La chaleur et le soleil ont tendance à activer les productions, dans

  • Tendance : regain d’activité

    La chaleur et le soleil ont dynamisé les ventes des produits de saison, en fin de semaine 24.

  • Vignette
    Un marché plus allégé

    Tendance : Le tassement des apports bretons (1.220 t, commercialisées vendredi)