Aller au contenu principal
MELON

Une approche agronomique contre la fusariose

Différents travaux attestent qu’il est possible de réduire les risques liés à la fusariose par une approche agronomique basée sur l’amélioration de la vie microbienne du sol, grâce à l’implantation d’engrais verts et au non-retournement du sol.

La fusariose du melon est un problème majeur pour cette culture, devenant un facteur limitant lorsque des rotations de plus de quatre à cinq ans de culture de melon ne peuvent pas être assurées. Perçue comme une « impasse sanitaire », elle nécessite l’utilisation du greffage et/ou de variétés hautement tolérantes pour continuer à produire sur des parcelles qui, dans le pire des cas, deviennent impropres à la culture du melon. En complément ou alternative de ces deux moyens de lutte, une troisième voie est en cours de réflexion.

Cet article est réservé aux abonnés web Fruits & Légumes

Découvrez l'offre web Fruits et Légumes

Accès à tous les articles de la filière
Fruits et Légumes

Accès aux revues numériques sur PC, tablettes et smartphones

Accès newsletters Fruits et Légumes:
L'hebdo Filière
La bimensuelle Bio

Accès à l'ensemble des cotations
Fruits et Légumes

À lire aussi