Aller au contenu principal
États généraux de l’alimentation

L’approche “filière fruits et légumes” absente des ateliers

Le début des ateliers du premier chantier des EGalim a reposé la question de la représentation de l’interprofession dans ce rendez-vous.

Le matin du 29 août, la FNSEA a distribué pommes du Berry et autres produits agricoles aux participants du 1er atelier devant les portes de l’hôtel de Villeroy. © Philippe Gautier

Les États généraux de l’alimentation sont entrés dans le vif du sujet avec la tenue du premier chantier consacré à la création et à la répartition de la valeur, le 29 août. L’occasion pour la FNSEA de marquer le coup en s’installant devant les portes du ministère de l’Agriculture en proposant aux participants des pommes du Berry et d’autres produits alimentaires français. Christiane Lambert, sa présidente, en a profité pour préciser les attentes du syndicat (LME, phytos…). Et sur le cas particulier des fruits et légumes, elle a prôné les valeurs du contrat : « La contractualisation est une clé contre la volatilité des prix ».

La nomination des présidents de ces ateliers avait suscité l’agacement d’Interfel (cf. FLD Hebdo du 10 août). La tension n’a pas baissé, tant s’en faut, avec la proposition des pouvoirs publics de donner des sièges dans les ateliers au Comité de liaison des interprofessions agricoles et agroalimentaires (Cliaa). Le comité, jugé peu représentatif, est une instance informelle regroupant les directeurs d’interprofession. Le Cliaa a décliné la proposition. Les familles d’Interfel sont néanmoins présentes au sein des ateliers : Légumes de France, FNPFruits, Gefel, Felcoop… mais à travers leur syndicat de tutelle (FNSEA, Coop de France, etc.). Et, de fait, si Bruno Dupont siège dans un des ateliers, c’est au titre de l’Acofal (Association de coordination du frais alimentaire) qui regroupe le CNIPT, Interfel et Interbev. L’approche purement “filière fruits et légumes” n’est pas là.

L’insatisfaction ne s’est pas cantonnée aux interprofessions. « Dans la mise en oeuvre pratique (des EGalim), il est crucial que les vieilles habitudes ne reprennent pas le dessus. Or, aujourd’hui, il est légitime de se poser la question quand on voit que les présidences des ateliers ont été confiées à des fonctionnaires, à des grands juristes, à des hommes politiques, ou encore à des représentants de grands groupes privés ou coopératifs », regrette Dominique Amirault, président de la Fédération des entreprises et entrepreneurs de France (Feef).

À lire aussi

  • Vignette
    Tendance : évolution en ordre dispersé

    Le commerce est resté décevant pour le chou-fleur, l’endive et le poireau, les ventes manqu

  • Vignette
    Perspective : un contexte moins favorable

    La poursuite des vacances scolaires dans deux zones sur trois, dont la région parisienne, et la f

  • Vignette
    Carotte

    Tendance : Les arrachages sont restés difficiles, après les intempéries, et les écarts de

  • Vignette
    Chou-fleur

    Tendance : Le marché est resté peu évolutif, sur l'ensemble de la semaine.

  • Vignette
    Concombre

    Tendance : La saison française s'est mise en place, avec le début d

  • Vignette
    Endive

    Tendance : Le marché est resté morose, ces derniers jours.