Aller au contenu principal

EGalim : un accouchement long et difficile pour la charte d’engagement

Après plusieurs annonces et de nombreuses versions (près d’une trentaine) la charte d’engagement a été signée aujourd'hui mardi 14 novembre. Lire aussi notre reportage actualisé avec plus de détails : La charte de bonne conduite enfin signée

La signature de la charte s'est faite en présence de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et de Benjamin Griveaux, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances. © Archives FLD : Claire Tillier

Le ministère de l’Agriculture l'avait annoncé la veille au soir : la charte d’engagement « pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises » serait signée le 14 novembre après-midi. Elle a été signée par les représentants des acteurs de la production, de la coopération agricole, des entreprises de l’alimentaire et de la distribution, 18 signataires au total : APCA, Auchan retail France, ANIA, Confédération paysanne, Coop de France, Coordination rurale, Cora, FCD, FEEF, FNSEA, Groupe Carrefour, Groupe Casino, Intermarché, Jeunes agriculteurs, E.Leclerc, Lidl, Modef, U enseigne coopérative.

Les missions de la charte : que les négociations actuelles se « dans l’esprit des Etats généraux de l’alimentation » en attendant le volet législatif. Depuis que le ministère de l’Agriculture a annoncé officiellement sa finalisation, le 3 novembre, la fameuse charte a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Elle a par exemple, été au centre du débat lors de la soirée décryptage organisée par Les Echos, le 7 novembre. Parmi les intervenants invités : Serge Papin, PDG de Système U, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA et Guillaume Pezzali, directeur associé de Fidal, société d’avocats.

Ce dernier avait confirmé qu'une charte « si elle est signée de tous les acteurs, est engageante », ajoutant qu’il fallait « simplifier la législation ».

Lors de cette soirée et sur les réseaux sociaux, Michel Edouard Leclerc avait été montré du doigt comme celui qui ne voulait pas signer la charte d'engagement.

« On sait qui freine », avait par exemple indiqué Christiane Lambert, déclarant avoir rencontré le matin même Michel-Edouard Leclerc. Ce dernier s’est depuis exprimé, notamment à travers une vidéo sur son blog, arguant ne pas avoir eu la charte avant ce fameux 7 novembre. « Elle en était à sa 28e version, ce qui signifie que d’autres l’avaient vue avant », ajoute-t-il. « Nous n’avons pratiquement pas apporté de modifications juste quelques points de clarifications », indique-t-il se disant prêt à signer la charte.

Cette charte d’engagement ne devrait pas donner lieu à un texte officiel avant juin 2018.

Nous reviendrons dans le détail sur ce site, dans les jours qui viennent, sur le texte de la charte et les réactions.

A noter que nos confrères d’Agra organisent le 9 janvier de 8h30 à 10h30, un petit-déjeuner “Bilan des Etats généraux de l’alimentation” dans nos locaux à Paris 14e. Renseignements au : 01 42 74 29 07. Inscriptions : ici.

À lire aussi

  • Vignette
    Tendance : évolution en ordre dispersé

    Le commerce est resté décevant pour le chou-fleur, l’endive et le poireau, les ventes manqu

  • Vignette
    Perspective : un contexte moins favorable

    La poursuite des vacances scolaires dans deux zones sur trois, dont la région parisienne, et la f

  • Vignette
    Carotte

    Tendance : Les arrachages sont restés difficiles, après les intempéries, et les écarts de

  • Vignette
    Chou-fleur

    Tendance : Le marché est resté peu évolutif, sur l'ensemble de la semaine.

  • Vignette
    Concombre

    Tendance : La saison française s'est mise en place, avec le début d

  • Vignette
    Endive

    Tendance : Le marché est resté morose, ces derniers jours.