Aller au contenu principal

Contractualisation toujours !

La contractualisation est loin de faire l’unanimité dans la filière.

DANS LES RELATIONS AVEC LA GMS, Le dossier de la contractualisation reste ouvert © DR

Elle répond pourtant à des interrogations de la part des consommateurs qui ne comprennent pas toujours les brutales variations de prix sur les étals. Légumes de France défend une contractualisation portant sur 30 % des volumes produits avec définition d’un prix de référence. « On a besoin d’avoir un peu plus de visibilité sur nos produits en fonction de l’adéquation offre-demande », explique Bruno Vila. Avec le « zéro pesticide », le sujet de la contractualisation sera l’un des deux thèmes débattus en novembre prochain au prochain congrès de Légumes de France à Marseille. Car le dossier est plus difficile à mettre en oeuvre, voire plus compliqué qu’il n’y paraît.

Cet article est réservé aux abonnés web Fruits & Légumes

Découvrez l'offre web Fruits et Légumes

Accès à tous les articles de la filière
Fruits et Légumes

Accès aux revues numériques sur PC, tablettes et smartphones

Accès newsletters Fruits et Légumes:
L'hebdo Filière
La bimensuelle Bio

Accès à l'ensemble des cotations
Fruits et Légumes

À lire aussi

  • Vignette
    Amorce d'une reprise

    Le marché des produits de saison a eu tendance à se réactiver, vendredi, à l’approche du we

  • Vignette
    un commerce attendu plus actif

    Le contexte s'annonce plus porteur pour les fruits et légumes de saison (asperge, con

  • Vignette
    Asperge

    Tendance: Les apports et les prix se sont stabilisés,

  • Vignette
    Carotte

    Tendance: Les derniers lots du Sud-Ouest ont été faci

  • Vignette
    Chou-fleur

    Tendance: Avec le déclin de la demande intérieure et la pers

  • Vignette
    Concombre

    Tendance: Le marché a conservé une bonne fluidité, su