Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Mycotoxines

Le prochain règlement européen devrait intégrer les différentes formes de DON

C.G.
11 déc 2018

Les normes alimentaires sur les mycotoxines devraient se durcir dans les années qui viennent.

N.Ouvrard
Florence Forget, Inra de Bordeaux. "La réglementation sur les mycotoxines va évoluer pour prendre en compte diverses formes de déoxynivalénol."

Le déoxynivalénol (DON) est une mycotoxine produite par les Fusarium de type gramineum. Une réglementation européenne fixe les limites à ne pas dépasser pour les débouchés en alimentation humaine et animale. « Parmi les mycotoxines produites par le Fusarium, il existe des formes modifiées du DON comme le 15 acétyl déoxynivalénol (15 A DON), qui ne sont pas prises en compte dans la réglementation (1). Or, le règlement va évoluer pour mettre comme valeur seuil la somme du DON et de ses formes modifiées, informe Florence Forget, à l'Inra de Bordeaux. Le 15 A DON peut être important sur maïs. Quelques analyses ont montré que dans 100 de DON, il pouvait y avoir 50 à 75 en 15 A DON. Quant à la toxicité du 15 A DON, elle est à peu près équivalente à celle du DON. »

Aspergillus et ses aflatoxines en Europe

D’autres mycotoxines sont réglementées comme les fumonisines, la zéaralénone produites par des Fusarium et l’aflatoxine. « Cette dernière est produite par Aspergillus flavus, un champignon différent des Fusarium. C’est un gros problème dans les pays au climat chaud comme en Afrique et en Amérique du Sud. Sous nos latitudes, c’était très rare mais on commence à en trouver sur maïs, à des fréquences très faibles cependant, remarque Florence Forget. Si ce n’est pas le cas en France, dans le nord de l’Italie, des récoltes ont été déclassées du fait de cette aflatoxine. »

(1) Aussi des formes glycosilées du DON, moins présentes.
Publicité