Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Climatologie

Une étude prévoit une pluviométrie plus contrastée à l’horizon 2040

Kévin Cler
18 mar 2019

Les rendements des céréales augmenteraient à long terme au Canada ou aux États-Unis, contrairement à ceux des pays méditerranéens, selon la revue PNAS.

Annick Conté
Parcelle de maïs affectée par la sécheresse.

Que les objectifs de l’accord de Paris soient tenus ou non, le changement climatique affectera de manière plus ou moins intense les cultures céréalières dans le monde, affirme une nouvelle étude, publiée le 11 mars dans la revue scientifique PNAS (Comptes rendus de l’Académie nationale des sciences des États-Unis). Malgré des disparités régionales, les pays déjà “riches” en termes de précipitations le seront encore plus à l’horizon 2040, et pourraient voir leurs rendements céréaliers progresser, alors que ceux qui en manquent verront leur déficit hydrique se creuser, pénalisant la productivité des cultures.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité