Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Reportage

Tester et s’approprier de nouvelles techniques grâce au réseau des fermes Dephy

Valérie Noël, V. N.
30 avr 2019

Grâce à son groupe Dephy, David Balaguer a pu se former et découvrir de nouvelles techniques de désherbage tout en allongeant sa rotation. Si stabiliser les traitements phytosanitaires sur sa ferme reste difficile, il a tout de même réduit son IFT global entre 2011 et 2018.

DR
David Balaguer utilise le déchaumeur acheté en 2017 systématiquement après ses moissons d'été.

« Je suis entré dans le réseau Dephy pour avoir du suivi », explique David Balaguer. Installé dans le Tarn-et-Garonne à La Chapelle, cet exploitant de 47 ans gère une petite ferme de 90 hectares avec des sols hétérogènes. Production phare de l’exploitation avec une marge brute de plus de 7000 euros de l’hectare, l'ail, même s'il occupe moins de 4 hectares, lui prend pas mal de temps. Il doit donc s’organiser en conséquence, dans un contexte réglementaire de plus en plus exigeant. « L’objectif de réduction des phytos affiché par le réseau m’intéressait également, tant pour réduire mes charges que pour voir comment changer de fusil d’épaule alors que les matières actives se réduisent les unes après les autres », complète l’exploitant.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité