Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Reportage

Quand l’agronomie mène à la méthanisation

Hélène Claude
25 juil 2019

En Île-de-France, Alexis Lepeu est président de la SAS Brie Biogaz, qui injecte du biométhane dans le réseau depuis 2017. Un projet de méthanisation initié par des questions agronomiques.

T. Boccon-Gibod
Le méthaniseur, ici au moment de la construction, compte trois cuves : digesteur, post-digesteur et stockage.

« En absence de labour depuis vingt ans, nous avons beaucoup travaillé sur la fertilisation des sols avec des couverts en interculture. Assez naturellement, nous avons voulu récolter ces derniers pour les valoriser. » Producteur de grandes cultures sur 175 hectares à Chevry-Cossigny en Seine-et-Marne et président du GRCeta IDF, Alexis Lepeu pense à la méthanisation. D’autant qu’en parallèle, il constate une disponibilité importante en fumier équin dans le coin. Avec son associé fin 2011, il se lance dans l’aventure avec le cabinet aubois Artaim Conseil pour les accompagner. GRDF est contacté et le contrat-cadre est négocié. « On s’est rendu compte que l’équilibre financier était bon.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité