Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Réglementation

Les phytos surveillés à posteriori avec la phytopharmacovigilance

C.G.
25 avr 2019

La phytopharmacovigilance est opérationnelle depuis 2015 suite à son inscription dans la Loi d’avenir pour l’agriculture du 13 octobre 2014. C'est un dispositif franco-français de surveillance a posteriori des effets indésirables des produits phytosanitaires.

C.Gloria
Ohri Kamada, Anses. "On peut déclarer des effets indésirables constatés de produits phytosanitaires sur une page web dédiée à la phytopharmacovigilance."

« Ces effets sont surveillés aussi bien sur l’homme que les animaux d’élevage (dont les abeilles) et de la faune sauvage, les plantes cultivées, l’eau et le sol, les aliments et sur l’apparition de résistance à ces produits, rappelle Ohri Yamada, de l’Anses. Nos services de phytopharmacovigilance à l’Anses ont enregistré 36 signalements dont 16 concernant la santé humaine. » Les déclarations d’effets indésirables sont étudiées au travers de plusieurs dispositifs partenaires de la phytopharmacovigilance. Elles ont déjà eu des conséquences pour certains produits, comme les herbicides à base de prosulfocarbe, une molécule très utilisée en grandes cultures.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité