Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Le sorgho s’intègre bien dans les champs, selon Arvalis

Xavier Olry
05 déc 2017

L’Institut du végétal relève la bonne tenue de la céréale alternative, économe en eau et en intrants, poussée par les producteurs de maïs.

« Le prix d’intérêt du sorgho (différence entre le coût de production d’une culture et les aides apportées au producteur, ndlr) devrait être à la moyenne des trois ans et proche, voire inférieur au prix du marché, donc dégager des marges supérieures au tournesol. », a souligné Yannick Carel, ingénieur chez Arvalis, à l’occasion de la présentation des trophées du sorgho 2017 par Semences de Provence, le 17 novembre à Paris. « Vu la baisse des cours du tournesol et les bons résultats techniques du sorgho en 2017 (avec des rendements supérieurs à 65 q/ha), pour 2018 des producteurs pourraient faire des arbitrages à l’avantage du sorgho dans le Sud ouest et l’Ouest », prévoit Yannick Carel.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité