Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Entreprises

L’alimentation est à revoir quand le poulet boite

Yanne Boloh
09 avr 2013

Dans certains élevages, les troubles locomoteurs touchent jusqu’à un tiers des poulets de chair à croissance rapide, expliquait le Pr Ducatel de la Faculté de médecine vétérinaire de Gand (Belgique) lors des dernières Journées de la Recherche avicole (JRA-JRFG, La Rochelle, mercredi 27 mars). Le sujet est d’importance en raison des pertes économiques occasionnées, qu’elles soient liées au retard de croissance – car un animal qui boite a plus de mal à aller se nourrir – ou aux saisies des carcasses en abattoir.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité