Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

La fièvre porcine africaine en Chine va influencer les demandes en nutrition animale

Yanne Boloh
07 oct 2019

Avec la disparition d’un quart du cheptel porcin chinois, la fièvre porcine africaine a des répercussions sur toutes les filières, dont la nutrition animale, mais la volaille ne va prendre toute la place.

Pixabay / WP Chun
La chute de la production de porc chinoise est plus complexe qu'il n'y paraît.

L’épidémie de fièvre porcine africaine (ASF) qui frappe notamment la Chine a des influences à court, à moyen et probablement à long terme sur les équilibres entre productions animales, estime Richard Brown, directeur de Gira, lors du Feed Additives Europe 2019 organisé à Amsterdam du 25 au 27 septembre par Feed Info. Les industriels des additifs pour l’alimentation animale et, donc, les Fab avaient massivement l’impression que les lignes pouvaient changer en profondeur, avec des impacts potentiels réels sur des marchés amont comme ceux des acides aminés, les porcs et les volailles n’ayant pas les mêmes besoins.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité