Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

La cameline avenir du kérosène

01 juil 2017

Les producteurs de cameline ont de quoi se réjouir. D’après une étude publiée dans la revue scientifique Nature et réalisée par la Nasa, le centre aérospatial allemand et le conseil national de la recherche canadien, les Hefa (Hydroprocessed esters and fatty acids) permettraient de réduire de 50 à 70 % la quantité de particules de suie émises par les avions en vol. La bonne nouvelle est double. D’une part, les Hefa sont produits à partir de cameline, et non grâce à des graisses recyclées, concurrentes des productions agricoles sur le créneau des biocarburants. D’autre part, les particules de suie favorisent la formation de traînées de condensation, à l’origine de nuages très nuisibles au réchauffement climatique. Un potentiel important existerait donc pour ce biocarburant. L’USDA (département américain de l’agriculture) ne s’y est d’ailleurs pas trompé : il s’est engagé depuis 2011 dans le développement d’une filière intégrée de production de cameline…

Signature vibratoire

On n’y pense rarement mais, si elle ne marche pas, une plante bouge, sous l’effet du vent par exemple. Elle a même une « signature vibratoire ». Celle-ci permet de mesurer un risque de verse, de casse ou même d’évaluer l’effet d’une sécheresse qui, en déformant les feuilles, modifie les mouvements de la plante. Grâce aux travaux de plusieurs organismes de recherche, dont l’Inra, le CNRS ou l’école polytechnique Champ à l’école, ces caractéristiques peuvent désormais faire l’objet d’un phénotypage à haut débit. La méthode a été brevetée. Elle pourrait bien ouvrir de nouveaux champs de recherche sur des caractères jusque-là forts difficiles à étudier.

Le glyphosate chassé des magasins U

C’est fini : les magasins U ne vendent plus de glyphosate dans leurs enseignes. Le groupe ne commercialisait déjà plus cette molécule sous sa marque depuis 2015, mais il a élargi sa décision en début d’année aux désherbants des marques nationales. Et il l’a fait savoir via un spot publicitaire haut en couleur, dans lequel le très laid glyphosate rejoint les 89 autres substances dédaignées par le distributeur. Si l’humour est bien là, ce spot ne va pas aider à redorer l’image de l’herbicide…

Mangez de la bière

Une barre de céréales à base de résidus de brasserie… Il fallait y penser ! Les deux étudiants de l’université de Californie (UCLA) qui la proposent ont imaginé ce produit lorsqu’ils se sont mis à fabriquer leur propre bière artisanale et qu’ils ont constaté l’ampleur des « déchets » qu’ils produisaient. Aujourd’hui, l’entreprise récupère les déchets de plusieurs microbrasseries implantées en milieu urbain. Miel-chocolat, miel-canelle, ou café-chocolat, il y en a pour tous les goûts ou presque. La barre de 33 grammes est vendue deux dollars. Avis aux intéressés…

Classes aux champs

Et si chaque classe participait à la mise en culture d’un champ ? C’est en quelque sorte ce que propose la plateforme d’échange monchamp.fr, créée par Passions céréales. Son but : « mettre en relation des agriculteurs et des classes via une plateforme virtuelle pour échanger toute l’année autour de la vie d’un champ de céréales », selon ses créateurs… Et faire en sorte de recréer un lien positif entre les producteurs de grandes cultures et le reste de la société. Le projet concerne les classes de CM1, CM2 et de 6ème. À suivre.

Publicité