Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

« Jouer sur la souplesse de cycle végétatif de l’espèce orge »

Propos recueillis par Christian Gloria
01 juil 2019

Jean-Charles Deswarte est ingénieur au pôle « valorisation de l’écophysiologie » chez Arvalis-Institut du végétal. Il nous livre son analyse sur la capacité des orges à affronter le changement climatique en cours.

Arvalis
Jean-Charles Deswarte, Arvalis-Institut du végétal."Le réchauffement climatique ne doit pas se traduire par un désinvestissement de la sélection sur la résistance au froid."
À quel changement climatique doit-on s’attendre dans les années à venir et quel peut en être l’impact sur la culture des orges ?

Jean-Charles Deswarte - Clairement, les prédictions liées au changement climatique indiquent une hausse des températures avec une augmentation de la variabilité de celles-ci. Cela signifie qu’il y aura toujours potentiellement des séquences froides. On est obligé de faire le grand écart entre des situations où nous connaîtrons des hivers très doux et d’autres avec des épisodes de froid. Dans le premier scénario, on ne veut pas que l’orge démarre trop tôt la montaison sous peine d’être exposée aux risques de dégâts de gels de sortie d’hiver ou de début de printemps.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité