Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Faire barrage à l’ergot au champ sur les blés

18 déc 2019

Des lots de blés contaminés à l’ergot font régulièrement parler d’eux. Cette caractéristique suffit à rendre un lot impropre à la vente, vu ses conséquences sur la santé humaine. Le triage reste lourd et coûteux mais la lutte au champ est efficace.

Arvalis
Les graminées adventices dans le blé vont faire le relais de la maladie.
N. Cornec
L’ergot et ses sclérotes se développent sur les graminées, sauvages ou cultivées.
M. Lebrun
L'ergot tire son nom de la forme caractéristique de ses sclérotes.
C. Gloria
Les plants de datura doivent être détruits avant leur montée à graine.

Disparu des radars durant plus d’un demi-siècle, l’ergot est depuis une quinzaine d’années un champignon en recrudescence. En 2013, sa présence a été signalée dans 16 % de la récolte hexagonale. Ce champignon contient des alcaloïdes aussi toxiques que puissants et la réglementation européenne s’apprête à en abaisser significativement la teneur maximale dans le blé pour l’alimentation humaine. Elle devrait être divisée par deux, à 0,2 g par kilogramme via un règlement à paraître pour la récolte 2020. Ce seuil strict pose problème : la présence d’ergot dans un lot suffit à rendre un lot non marchand et oblige les organismes stockeurs à trier mécaniquement les lots contaminés.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité