Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Dix points pour limiter les dangers liés aux machines

Valérie Noël
19 nov 2018

Puissantes et lourdes, les machines agricoles, moiss’-batt’, outils de travail du sol ou tracteurs, présentent des risques pour les utilisateurs et leur entourage. Même si elles sont de plus en plus sécurisées, les accidents, parfois mortels, restent nombreux. Tour des principales sources de problèmes.

E. Perrin/MSA
L'utilisation du GPS peut conduire à réduire sa vigilance au volant.
V. Noël
Benoît Moreau, conseil national en prévention à la CCMSA. « L’analyse des accidents du travail recensés entre 2002 et 2011 révèle qu’un accident sur six en agriculture est lié aux équipements motorisés. Nous n’avons pas de données actualisées, mais il n’y a pas eu de changements majeurs. »
G. Coisel
Les protections de cardans doivent être graissées très régulièrement.
J.-C. Gutner
Il est important de freiner avec les deux pédales afin de transmettre les informations à l'attelage. ((attention : photo qui va changer…!!))
V. Marmuse
Il faut prendre le temps d'arrêter complétement une machine avant d'intervenir dessus.
F. Dumaire
Un certain nombre d'accidents surviennent lorsque le godet du télescopique est utilisé pour transporter des personnes.
F. Dumaire
Il est possible de limiter le travail en hauteur, à l'image de ces agriculteurs qui ont installé un système de tubes métalliques et câble pour changer l’ampoule de la lampe de leur hangar depuis le sol.
S. Leitenberger
Aller seul inspecter une cellule présente un vrai risque.
S. Leitenberger
Un silo boudin est conçu pour être vidangé en une fois par le haut.
J. Nanteuil
La descente automatique de la porte d'une benne peut coincer un opérateur.
J. Nanteuil
Visière et lunettes de protection sont nécessaires pour éviter les projections. ((attention : recadrer sans le coude et les étincelles dans l'angle à droite))
 
 

Travail « en hauteur » dès la montée dans le tracteur

Près de 40 % des accidents liés au tracteur ont lieu lors de la montée ou de la descente. Ils entrent dans la catégorie du travail en hauteur, qui commence « dès lors que les pieds ne touchent plus le sol ! » note Fabien Dumaire, conseiller en prévention à la MSA de Picardie. Les accidents surviennent souvent à la descente, pas toujours effectuée dans le même sens que la montée comme préconisé. « Parfois, les agriculteurs sautent la dernière voire l’avant-dernière marche, reprend Fabien Dumaire. Il faut toujours garder trois points d’appui. » Des chutes se produisent aussi sur les engins, notamment les moiss’-batt’.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité