Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Tour de plaine

Production de graines de colza en retrait de 30 % en France

Rodolphe de Ceglie
09 aoû 2019

Perte de surfaces et pression des insectes ont fait fondre la récolte de graines de colza hexagonale. En tournesol, les résultats sont plus satisfaisants.

Gabriel Omnès

Amputée d’un tiers par rapport à l’an passé (et à la moyenne sur cinq ans), la récolte française de colza 2019 est attendue, au 1er août, à 3,5 Mt par le service de la statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste). Une tendance confirmée par l’institut technique Terres Inovia qui prévoit, de son côté, une production comprise entre 3,6 et 3,8 Mt. Un volume qui déçoit bien qu’attendu, compte tenu des conditions de semis et de développement des cultures très défavorables. Le rendement national moyen est proche de celui de l’an passé, « autour de 32 q/ha, masquant de larges variations régionales », selon une note de Terres Inovia du 6 août. Le recul des volumes est essentiellement lié à la perte d’hectares, les surfaces s’élevant à seulement à 1,14 Mha (vs 1,617 Mha) selon Agreste, soit un retrait de près de 30 % sur un an équivalent à celui de la production hexagonale cette année. Pour Terres Inovia, cette récolte se caractérise aussi par une extrême hétérogénéité, tant entre régions qu’entre parcelles d’une même zone.

La région Hauts-de-France limiterait la casse

Dans les Hauts-de-France, où la moisson est en passe de s’achever, la baisse des rendements est également constatée, mais dans une moindre mesure, estimée à -5/-10 % en Picardie, selon Terres Inovia. La Somme observe un rendement de 37 q/ha, tandis que pour l’Oise et l’Aisne, le chiffre est plus proche de 35 q/ha. Le rendement moyen ne perd que 5 à 10 % à 39 q/ha dans le Nord-Pas-de-Calais où la récolte était encore en cours, lors de l’enquête de Terres Inovia.

« Particulièrement impactée par les problèmes d’insectes », précise Terres Inovia, la Bourgogne a enregistré « les résultats les plus en retrait », notamment dans l’Yonne, la Nièvre et la Côte-d’Or où les rendements reculent de 35 à 45 % par rapport à la moyenne sur cinq ans respectivement à 18 q/ha, 19 q/ha et 21 q/ha. La Franche-Comté s’en sort mieux avec une moyenne de 30 q/ha, en baisse de 15 à 25 %.

Sur la zone Grand-Est, la Moselle et la Meuse affichent des rendements moyens proches de 30 q/ha quand la Meurthe-et-Moselle peine avec 26 q/ha (-22 % vs moyenne quinquennale), d’après la note de Terres Inovia. Pas loin derrière, l’Aube a aussi perdu quelques quintaux (problèmes d’insectes) pour finir avec un rendement moyen à 25 q/ha (-25/-30 %). Enfin, dans les départements de la Marne et de Seine-et-Marne, les chiffres sont également loin des niveaux traditionnels avec 31 q/ha en moyenne.

Hausse de la production de tournesol à 1,3 Mt

Dans son document daté du 1er août, Agreste fait état d’une estimation 2019 de la production française de tournesol à 1,3 Mt, soit une augmentation de 5,8 % par rapport à 2018. Malgré la légère baisse de rendement, à 22 q/ha, la hausse des surfaces (passées de 552 000 ha en 2018 à 603 000 ha en 2019) a permis cette croissance de la production.

 

 

 

Publicité