Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

La Charente exporte pour l’oisellerie

Christian Gloria
18 déc 2019

Blé blanc, pois marbré, tournesol strié, millet jaune… En Charente, la Coopérative agricole Villejésus appro céréales organise la production de cultures pour le débouché de l’oisellerie avec une valorisation à la clé pour les agriculteurs. L’essentiel des récoltes part à l’export.

C. Gloria
L'agriculteur Maxime Bonnaud, le technicien Bruno Barreau et le directeur de la Cavac Villejésus Michel Caillaud.Les cultures à destination du débouché de l'oisellerie apportent de la valeur ajoutée aux agriculteurs.
C. Gloria
Le millet jaune génère un coût de production très faible.
C. Gloria
Le tournesol strié (graines ici) est la principale culture destinée à l'oisellerie.
P. Magnant
Claude Magnant, 8 ha de millet à Fouqueure
C. Gloria
Maxime Bonnaud, 30 ha de tournesol strié à Villefagnan

Le débouché de l’oisellerie amène de la diversité culturale dans les campagnes. En Charente, la coopérative Cavac (1) à Villejésus a démarré l’activité de production de cette filière il y a quinze ans. « Nous avons commencé avec la production de tournesol strié, suite à la rencontre avec le courtier Thierry Hache qui recherchait des producteurs pour alimenter le marché de l’oisellerie, explique Michel Caillaud, directeur de la Cavac Villejésus. Depuis, nous avons diversifié les cultures pour ce débouché avec le pois vert puis plusieurs autres espèces. Pour nous, c’est un moyen de nous démarquer par rapport aux importantes coopératives existant dans la région. »

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité