Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Négociations commerciales annuelles

La filière céréalière, mauvaise élève des EGAlim ?

Rodolphe de Ceglie
18 fév 2019

Invités au ministère de l’Économie et des Finances, les représentants des filières agroalimentaires ont dressé un premier bilan mitigé des négociations commerciales 2019

Célia Bonnin
De gauche à droite : Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Bruno Lemaire, ministre de l'Economie et des finances, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès de ce dernier.

Concernant le relèvement du seuil de revente à perte qui a suscité des doutes, le premier bilan que nous tirons est largement positif. […] C’est particulièrement vrai pour la filière du lait, dans laquelle le résultat est le plus visible, avec comme objectif l’amélioration du revenu des paysans français», a estimé Bruno Lemaire, ministre de l’Économie et des Finances, lors d’un point presse qui a suivi la table ronde entre les différentes parties prenantes des négociations commerciales, le 13février.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité