Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Crise de la patate au Japon

01 juin 2017

Douze dollars pour un paquet de chips de pomme de terre saveur pizza, soit six fois le prix normal… Voilà ce que certains consommateurs japonais étaient prêts à payer mi-avril sur un site d’enchère ! Il faut dire que Calbee, fabricant japonais qui détient près des trois-quarts du marché de la chips au pays du Soleil Levant, a suspendu au début du mois la mise en rayon de trente-trois de ses références, très populaires dans le pays. Pourquoi ? Les typhons ont très fortement pénalisé la récolte de pommes de terre 2016 sur l’île d’Hokkaïdo, au nord du Japon, l’une des principales régions pourvoyeuses de tubercules. Calbee ne dispose donc plus de matière première en quantité suffisante pour élaborer ses produits. Les États-Unis ne sont pourtant pas très loin et pourraient fournir facilement de quoi subvenir aux besoins des snackers japonais… mais les importations sont encadrées par des quotas restrictifs. Les Japonais n’ont plus qu’à se serrer la ceinture jusqu’à la récolte 2017…

Un « help » visible du ciel

Céréalier en Indre-et-Loire sur cent soixante hectares, Daniel Fortin a voulu faire connaître son ras-le bol face à la succession des années difficiles et au manque de reconnaissance de la société vis-à-vis du métier d’agriculteur. Il l’a donc écrit en gros, sur cent mètres de long et quarante-huit de large, dans l’un de ses champs : « Help ». La parcelle est située sous un couloir aérien, au commencement de la descente des avions vers Orly… de quoi donner de la visibilité à ce qui se veut un « SOS collectif ».

Un « corn man » chez Lego

Vous êtes un maïsiculteur convaincu et vous êtes resté fan de Lego ? N’attendez pas davantage et foncez au rayon jouets de votre supermarché : avec un peu de chance, vous y trouverez le « corn man » de Lego, l’un des seize personnages à collectionner de la nouvelle série Minifigures que la marque a sorti ce printemps. Comme quoi, le maïs peut faire rêver les plus jeunes, autant que les princesses ou les cosmonautes… !

Le bon filon du riz breton

La Bretagne va-t-elle concurrencer la Camargue dans la production en France ? On n’en est pas là mais deux agriculteurs bretons, Alexandre Reis et Alexandre Laverty, ont mené à bien leur première production de riz, du côté de Dinan, non loin de la Côte d’Émeraude. Après un essai réalisé  sur une petite parcelle l’an dernier, ils vont passer à 500 m2 en 2017. On est loin des milliers d’hectares de la Camargue. Pour autant, les deux producteurs bretons ont de la suite dans les idées. Ils comptent faire labelliser leur production en une AOP riz breton. On ne rit pas…

Des tissus végétaux pour réparer nos maux

En médecine en particulier, on n’arrête pas le progrès et les plantes y participent à leur manière. Selon une étude reprise par le quotidien Le Monde et la revue Biomaterials (1), des chercheurs américains ont détourné les fonctions de tissus végétaux (feuilles, racines) pour en utiliser les vaisseaux et pouvoir y faire de la culture de cellules humaines. Avant cela, il a fallu « débarrasser » les tissus végétaux de toutes leurs cellules et d’autres constituants pour n’en garder que le squelette avec son réseau vasculaire qui ressemble à celui de tissus humains. À terme, ces structures végétales contenant des cellules souches humaines pourraient être utilisées comme des patchs pour réparer des tissus humains.

(1) Le Monde (Science & médecine) du 19 avril 2017, www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28319334
Publicité