Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Des couverts végétaux d'interculture contre le risque d’érosion

Gabriel Omnès
07 oct 2019

Dans les zones à risque, l’érosion grignote peu à peu le potentiel des sols. Dans le Sud-Ouest, des agriculteurs ont remisé la charrue et apprivoisé les couverts végétaux avec des résultats concluants.

G. Omnès
François Lacome, agriculteur dans le Gers, ici dans une parcelle de sorgho fourrager. "Malgré les épisodes pluvieux très violents du printemps 2018, je n’ai eu aucune perte de terre sur mes pentes à 30 %."

De l’érosion, on retient surtout les spectaculaires coulées de boue si coûteuses pour les collectivités. Pour l’agriculture, le mal est bien plus insidieux, sapant année après année le capital sol des parcelles exposées. Sur l’exploitation de François Lacome, lovée à Pessoulens, dans les coteaux argilo-calcaires au nord-est d’Auch dans le Gers, la lutte contre cette hémorragie s’est vite imposée, et avec succès. « Aujourd’hui, on a les moyens d’éviter l’érosion, assure François Lacome. Malgré les épisodes pluvieux très violents du printemps 2018, je n’ai eu aucune perte de terre sur mes pentes à 30 %. » C’est en 1989 qu’il a pris le taureau par les cornes, en arrêtant le labour.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité