Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Fertilisation

Bien évaluer l’azote restitué par l’interculture

Christian Gloria
11 déc 2018

L’utilisation des couverts végétaux d’interculture se diversifie et l’un de leur intérêt demeure l’azote restitué à la culture suivante. La méthode Merci permet de bien le mesurer pour en tirer le meilleur parti.

S.Minette
LES PRÉLÈVEMENT DE BIOMASSE se font juste avant la destruction du couvert pour en mesurer l’azote qui profitera véritablement à la culture suivante.

Une facture en engrais azoté réduite de moitié ! « En 2018, sur mes champs de maïs en monoculture qui comprenaient la plus grande antériorité d’utilisation de féverole en couvert d’interculture, j’ai diminué mes apports de 150 unités d’azote à l’hectare, annonce Daniel Philippe, maïsiculteur à Saint-Antoine-sur-l’Isle, en Gironde. Il n’y a pas eu d’incidence négative sur mes rendements (??? q/ha) sachant que les besoins de la plante sont de 300 unités sur mes parcelles qui sont irriguées. L’économie sur les engrais s’élève à un peu plus de 100 euros de l’hectare. » L’agriculteur ne s’en cache pas : au-delà de l’enjeu environnemental, il recherche un intérêt économique à l’utilisation d’un couvert d’interculture.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité