Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Aux petits soins de ses couverts végétaux d'interculture

Marie-Pierre Crosnier, Propos recueillis par Marie-Pierre Crosnier
01 juil 2019

Agriculteur marnais, Sébastien Gougelet prend grand soin de ses cultures intermédiaires. En retour, ses couverts "travaillent pour lui".

C. Gloria
Le couvert associant plusieurs espèces est broyé avec un équipement de 7 mètres de large permettant un débit de chantier de 7-8 ha/h.

Ses couverts, il les bichonne. En assolement en commun depuis deux ans avec cinq agriculteurs à Auve en Champagne crayeuse, Sébastien Gougelet considère l’implantation de ses cultures intermédiaires avec autant d’attention que pour n’importe quelle autre culture. Adepte des techniques culturales simplifiées (TCS) depuis dix ans, il s’agit selon lui de « faire travailler les plantes et le vivant à notre place ». Et son enthousiasme est communicatif. Si lors de la création de l’assolement en commun, seul deux des six adhérents pratiquaient les TCS, tous ont accepté de partir sur l’agriculture de conservation.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité