Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Prendre des problématiques compréhensibles et intéressant le grand public »

Comment communiquer auprès du grand public et parler simplement de son métier ? L'avis de Pascal Berthelot, journaliste indépendant, spécialiste agriculture, alimentation et ruralité, qui travaille notamment pour Europe 1.

Quelles sont les lacunes des éleveurs quand ils s’adressent au grand public ?

Pascal Berthelot - Il n’y a pas vraiment de problèmes majeurs. Toutefois, les agriculteurs utilisent souvent des termes trop techniques (UGB, GMQ) et parlent de préoccupations que le grand public ne perçoit pas toujours. L’état d’esprit représente le second point important. Il faut s’adresser à ce grand public sans arrière pensée : on ne parle pas à un ennemi, on ne doit pas être sur la défensive. Le grand public ne condamne pas. Bien au contraire, il aime l’agriculteur et en a une très bonne image. Même si l’élevage est parfois décrié dans la presse ou critiqué par des écologistes, les mécontents représentent une minorité. D’ailleurs, les enquêtes conduites à l’échelle nationale montrent que la majorité des gens possède une image positive de l’agriculture française.

Que doivent-ils faire selon vous pour délivrer un message clair ?

P. B. - Le message doit être accessible et évoquer un sujet dont l’impact intéresse ce grand public. Il faut s’interroger sur ce qu’il aimerait entendre. Il faut partir de ce qu’il connaît, éliminer les sujets techniques ou les rendre audibles par un travail de communication réalisé en amont. Il faut ensuite discuter avec bienveillance et sans a priori pour ne pas brouiller le message. La communication fonctionne toujours en souriant, en étant positif et en utilisant des mots adaptés à son ou ses interlocuteurs.

Quels sujets les agriculteurs devraient-ils aborder plus largement ?

P. B. - Il faut relier les sujets agricoles à l’alimentation, la santé, l’environnement. Le grand public s’intéresse aussi aux sujets sur le revenu des agriculteurs. Il accepte que l’agriculteur vive difficilement de son métier. C’est un message simple que tout le monde comprend. Les données sur l’activité économique leur parlent également, telles que le niveau de production qui monte ou baisse, la France championne du monde dans telle ou telle production…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le planning des concours parisiens
Bientôt le Salon de l'agriculture et le Simagena ouvriront leurs portes. Voici le planning des concours et ventes sur les deux…
Vignette
« Aimez la viande, mangez-en mieux »
Interbev lance une nouvelle campagne de communication collective à destination du grand public. L'objectif est d'initier un…
Vignette
L’image de la viande argentine ternie par la part croissante des feedlots
Près du quart du territoire argentin a un climat idéal dix mois sur douze pour faire pousser de l’herbe. Malgré ces atouts pour…
Vignette
Le prix, toujours le prix et encore le prix
Le prix des bovins finis a été au cœur des débats lors du dernier congrès de la Fédération Nationale Bovine. Faute d’obtenir des…
Vignette
Olivier Chaillou, président de Terrena

Olivier Chaillou, a été élu le 21 décembre à la présidence de Terrena et succède à Hubert Garaud. Il était jusqu’à…

Vignette
L’année 2018 a été plus favorable au maigre qu’à la viande
Du mieux pour le maigre mais toujours pas terrible pour la viande finie. L’année 2018 s’est globalement traduite par un écart…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande