Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Transmission d'exploitation
Un prêt d'entreprise adapté aux systèmes bovins viande

Le « pacte financier » est un prêt à taux zéro consenti par
l’organisation de producteurs Ter’élevage. Il a aidé à l’installation de Johnny Gougeon, du Gaec des Trois Chênes.

 

Francky Gougeon s’est installé en individuel en 1997.Avec quarante droits PMTVA, quatre hectares de tabac, il travaille seul pendant neuf ans puis prépare l’arrivée de son jeune frère Johnny sur l’élevage, après avoir arrêté la production de tabac.

« En même temps, la mise aux normes des bâtiments devait être faite. Le projet consiste à doubler d’entrée le troupeau de mères et à continuer en système naisseur », raconte l’éleveur de Soulaines-sur-Aubance, dans le Maine-et-Loire. Johnny Gougeon obtient pour son installation 66 droits PMTVA et s’installe en Gaec en février 2007. Les besoins en capitaux sont importants. Il obtient 120 000 euros de prêt JA, et l’organisation de producteurs Ter’élevage propose au Gaec le « pacte financier », 40000 euros supplémentaires, considérés eux aussi par les banques comme un apport personnel. De quoi sécuriser le dossier et réduire les frais financiers.

Le « pacte financier » est un prêt, à taux zéro sous certaines conditions (l’éleveur s’installe et commercialise en majorité avec Ter’élevage, sinon le taux est de 2 % dans d’autres conditions), plafonné à 20 000 euros par membre de Gaec. Le différé de remboursement est de deux ans, ce qui en fait une solution de financement parfaitement adaptée à la trésorerie des systèmes bovins viande. « Nous proposons aussi avec VA fil, un prêt à 4,8 % de 1000 euros par vache. L’éleveur rembourse seulement les intérêts tous les ans et au bout de cinq ans, quand le produit dégagé par la vache est réalisé, l’éleveur rembourse le capital du prêt. Il peut aussi le renouveler selon sa trésorerie à ce moment-là », explique Michel Adam, directeur technique de Ter’élevage. « Sans ce montage, nous n’aurions pas pu acheter tous les animaux dès 2007 et il aurait fallu attendre cinq à six ans pour atteindre les 110 vêlages et le niveau de produit qui va avec », commentent les éleveurs.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le planning des concours parisiens
Bientôt le Salon de l'agriculture et le Simagena ouvriront leurs portes. Voici le planning des concours et ventes sur les deux…
Vignette
« Aimez la viande, mangez-en mieux »
Interbev lance une nouvelle campagne de communication collective à destination du grand public. L'objectif est d'initier un…
Vignette
L’image de la viande argentine ternie par la part croissante des feedlots
Près du quart du territoire argentin a un climat idéal dix mois sur douze pour faire pousser de l’herbe. Malgré ces atouts pour…
Vignette
Le prix, toujours le prix et encore le prix
Le prix des bovins finis a été au cœur des débats lors du dernier congrès de la Fédération Nationale Bovine. Faute d’obtenir des…
Vignette
Olivier Chaillou, président de Terrena

Olivier Chaillou, a été élu le 21 décembre à la présidence de Terrena et succède à Hubert Garaud. Il était jusqu’à…

Vignette
L’année 2018 a été plus favorable au maigre qu’à la viande
Du mieux pour le maigre mais toujours pas terrible pour la viande finie. L’année 2018 s’est globalement traduite par un écart…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande