Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Collectif contre le dumping social
Une plainte déposée contre l'Allemagne

Comme cela avait été annoncé lors du dernier Space, le « Collectif contre le dumping social en Europe » a demandé au gouvernement français et à la Commission européenne de se saisir du dossier et d’obliger l’Allemagne – qui est accusée de ne pas respecter les textes communautaires en matière de droit du travail – à appliquer le salaire minimum auprès de tous les salariés de l’industrie de la viande, sans discrimination liée à la nationalité d’origine. L’emploi de main-d’oeuvre étrangère à bas coût en Allemagne génère de forte distorsions de concurrence. « Cet avantage concurrentiel est directement lié à l’emploi à très bas salaire, par les entreprises allemandes d’abattage et de découpe de viande, d’une main-d’oeuvre intérimaire issue des nouveaux États membres de l’Union européenne ou de pays tiers », explique ce collectif qui rassemble différentes organisations françaises et belges liées à la production et à la transformation de viande bovine et porcine, dont entre autre le Sniv-SNCP, Coop de France et Interbev. Ces salariés bon marché sont employés dans leur État d’origine (notamment en Pologne, Hongrie, Roumanie) par des entreprises ayant leur siège hors des frontières allemandes. Elle assument le rôle d’intermédiaires et détachent ces employés en Allemagne pour des durées plus ou moins longues puis facturent une prestation aux industriels allemands qui y ont recours.

7 € DE L’HEURE POUR LES INTÉRIMAIRES EN ALLEMAGNE

La présence de ces travailleurs - détachés à titre temporaire - est en fait un phénomène devenu quasi-permanent et la plupart des industriels allemands de la viande font appel à ces sociétés d’intérim afin de réduire les coûts de production et donc de gagner des parts de marché. « Le rapport du coût de la main-d’oeuvre entre l’Allemagne et la France est de 1 à 3 alors même que, sur ces métiers, 80 % de la valeur ajoutée sont constitués par la masse salariale », dénonce ce collectif. Le coût de cette main-d’oeuvre venue de l’Est utilisée par les industriels allemands de la viande avoisinerait 7 € de l’heure, « alors que le coût salaire + charges des salariés dépasse 15 € en Allemagne, 20 € en France et 30 € au Danemark », souligne ce collectif qui sur le principe « même travail, même salaire », demande donc au gouvernement français et à la Commission européenne d’obliger l’Allemagne à appliquer le salaire minimum auprès de tous les salariés de son industrie de la viande sans discrimination liée à la nationalité d’origine.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
Carrefour lance un audit pour les abattoirs
Carrefour fera passer en 2019 un audit de protection animale à tous les abattoirs qui le fournissent en viande pour ses marques…
Vignette
Le poids des investissements dans le coût de production
Le poids des investissements est souvent pointé du doigt dans les coûts de production. L’Institut de l’élevage s’est penché sur…
Vignette
Les jumelles prolongent la saga familiale de la maison Robert Bach
Créée en 1962 en Corrèze, la boucherie-charcuterie salaisons Robert Bach a trouvé ses repreneurs. Anne-Sophie et Marie-Laure, les…
Vignette
Vient de paraître : vaches de nos régions

Écrivain cantalien maniant aussi bien la plume que le pinceau, Daniel Brugès ne cache pas son affection pour les jolis…

Vignette
McDonald's lance un plan mondial sur les antibiotiques en élevage bovin
McDonald's a annoncé, dans un communiqué du 12 décembre 2018, un plan en trois étapes sur l'utilisation des antibiotiques en…
Vignette
La carte 2019 des zones défavorisées est validée
La Commission européenne a validé le projet de carte des zones défavorisées. Elle est strictement identique au projet de juin…
Publicité