Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Economie du secteur bovin
« Je suis très optimiste mais attention aux négociations OMC » souligne Jean-Claude Guesdon

Le GEB (Groupe économie bovine de l´Institut de l´élevage) vient de se pencher sur l´avenir de l´élevage bovin(1). Son directeur, Jean-Claude Guesdon, confirme une vision plutôt optimiste malgré les menaces des négociations OMC.

Les éleveurs interrogés se disent attachés à leur métier, mais, un sur deux ne souhaite pas qu´un de ses enfants lui succède. Comment analysez-vous ce paradoxe ?

Jean-Claude Guesdon - L´important est précisément qu´ils se disent attachés à leur métier. La réserve concernant la reprise par un enfant traduit une inquiétude concernant l´avenir. Si le contexte de l´offre et de la demande est favorable aux producteurs, il est néanmoins vrai que cette sérénité est contrecarrée par les perspectives européennes en matière d´évolution budgétaire et surtout d´évolution de la protection douanière. Tout le monde a conscience que celle-ci va se réduire et que les aides directes ne peuvent que suivre cette tendance. Quant à la marge liée à l´augmentation de la productivité du travail, elle ne peut venir que de la restructuration ; notre étude démontre que les marges vont se réduire. Autant d´éléments qui peuvent relativiser l´optimisme du moment. A l´avenir, les éleveurs vont plus que jamais devoir se préoccuper de leurs résultats techniques et de la maîtrise des coûts de production.

Les éleveurs disent aussi leur souhait d´améliorer leurs conditions de travail. N´a-t-on pas atteint un seuil quant à la productivité du travail ?

J.-C. G.- Ce problème de la charge de travail est à la fois une réalité, une question importante à traiter et parfois une obsession. La réduction de la charge de travail, l´atténuation de sa pénibilité, passe largement par l´équipement des éleveurs, par l´organisation du bâtiment et par l´organisation du travail dans le bâtiment. On peut voir aujourd´hui des gens qui tournent à 100 vaches par unité de travail et qui n´ont pas l´air plus contraints que leurs voisins à 50 vaches. Et le « noyau dur » des éleveurs, celui qui est porteur d´avenir, n´est jamais qu´à 50 vaches en moyenne. Le plan bâtiment d´élevage connaît un grand succès ; ce sera sans doute une belle occasion de franchir un nouveau seuil.

Votre étude montre que le cheptel allaitant devrait se maintenir.

J.-C. G.- Oui en effet. Mais son maintien ou son développement est très lié à ce qui va se passer dans le lait. Si on a une restructuration laitière relativement douce - c´est ce chemin-là qu´on a pris pour l´instant -, les éleveurs laitiers vont avoir besoin de garder leur diversification viande, de type plutôt naisseur - engraisseur. Ce contexte de restructuration douce, en lait comme en viande, permet tout à fait d´envisager le maintien et même une petite progression du troupeau allaitant en France.

Vous soulevez le problème de la gestion des droits à primes qui ne serait plus adaptée aux objectifs actuels.

J.-C. G.- En lait comme en viande, l´accroche des droits à produire aux surfaces et leur gestion départementale, est quelque chose qui se justifiait par la volonté d´éviter les délocalisations. Mise en oeuvre trop longtemps, cette politique peut aboutir à des blocages pas forcément compatibles avec l´objectif recherché. Elle peut entraîner la pénurie et geler la restructuration dans les régions les plus spécialisées. Alors que celles qui abandonnent la production, ont des marges de manoeuvre « excessives ». Si on pense que c´est un vrai problème, il faudra aller vers une plus grande mutualisation régionale ou nationale des droits à primes.

Etes-vous optimiste pour l´avenir de la filière viande bovine ?

J.-C.G.- Oui. Nous sommes plutôt dans l´optique d´un scénario tendanciel serein. Mais le vrai diagnostic sera dans le résultat de la négociation OMC. Le problème c´est vraiment l´avenir de nos droits de douanes, de notre niveau de protection. La proposition Mandelson est très dangereuse. On prend le risque d´ouvrir largement les importations en provenance du Mercosur et d´entraîner à la baisse les prix à la production en Europe. Du scénario serein de la politique actuelle, on pourrait très vite arriver au scénario de largage de l´élevage européen.

(1) L´élevage français à l´horizon 2012.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le planning des concours parisiens
Bientôt le Salon de l'agriculture et le Simagena ouvriront leurs portes. Voici le planning des concours et ventes sur les deux…
Vignette
« Aimez la viande, mangez-en mieux »
Interbev lance une nouvelle campagne de communication collective à destination du grand public. L'objectif est d'initier un…
Vignette
L’image de la viande argentine ternie par la part croissante des feedlots
Près du quart du territoire argentin a un climat idéal dix mois sur douze pour faire pousser de l’herbe. Malgré ces atouts pour…
Vignette
Le prix, toujours le prix et encore le prix
Le prix des bovins finis a été au cœur des débats lors du dernier congrès de la Fédération Nationale Bovine. Faute d’obtenir des…
Vignette
Olivier Chaillou, président de Terrena

Olivier Chaillou, a été élu le 21 décembre à la présidence de Terrena et succède à Hubert Garaud. Il était jusqu’à…

Vignette
L’année 2018 a été plus favorable au maigre qu’à la viande
Du mieux pour le maigre mais toujours pas terrible pour la viande finie. L’année 2018 s’est globalement traduite par un écart…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande