Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Marché du maigre
« Broutards non OGM », une démarche pour l´instant porteuse

Négociant dans le Cantal avec une activité (22 500 têtes l´an dernier) essentiellement tournée vers l´exportation sur l´Italie, Jean-Luc Lacombe travaille majoritairement avec des animaux de race Salers ou croisés. « Les Italiens sont demandeurs d´animaux d´un poids compris entre 350 et 400 kilos pour les broutards d´automne, » a t-il indiqué lors de journées sur la production de broutards organisées par la chambre d´agriculture du Puy de Dôme.
Attention aux animaux trop lourds, notamment pour les broutards repoussés. « Un croisé rentré à 500 kilos et qui reste six mois à l´engraissement dépassera vite le poids objectif d´abattage qui se situe autour de 700 à 720 kilos vifs pour cette catégorie. »
Mais Jean-Luc Lacombe a surtout insisté sur tout l´intérêt que pouvait présenter pour les éleveurs la démarche du broutard non OGM. Un produit qui une fois engraissé avec une alimentation garantie non OGM est destiné à l´enseigne Coopitalia.

Cette dernière a mis en place toute une communication sur ce volet pour l´ensemble des viandes de boucherie commercialisées dans ses linéaires. « C´est un très gros marché. Les besoins sont de 1200 femelles par semaine. On n´est pas en mesure de le satisfaire entièrement, car il n´y a pas suffisamment d´élevages agréés et le complément de maigre non acheté en France vient actuellement d´Irlande. Pour les éleveurs, il y a pourtant une plus-value à la clé qui est de 22 ? par femelle et 26 ? par mâle », observe le négociant du Cantal qui invitait les éleveurs à se rapprocher de leur OP pour avoir davantage d´information.

Une opportunité à saisir
Le cahier des charges pour cette production est de plus, assez simple à remplir. Il se base sur la charte des bonnes pratiques d´élevage auquel s´ajoute un volet alimentation avec un concentré « non OGM » pour la complémentation des broutards sous la mère ou lors de la phase de repousse à l´étable.
« C´est une opportunité à saisir pour les producteurs de maigre du bassin allaitant », souligne Jean-Luc Lacombe qui reconnaît toutefois que ce débouché concerne prioritairement des femelles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
L’image de la viande argentine ternie par la part croissante des feedlots
Près du quart du territoire argentin a un climat idéal dix mois sur douze pour faire pousser de l’herbe. Malgré ces atouts pour…
Vignette
Le prix, toujours le prix et encore le prix
Le prix des bovins finis a été au cœur des débats lors du dernier congrès de la Fédération Nationale Bovine. Faute d’obtenir des…
Vignette
Olivier Chaillou, président de Terrena

Olivier Chaillou, a été élu le 21 décembre à la présidence de Terrena et succède à Hubert Garaud. Il était jusqu’à…

Vignette
L’année 2018 a été plus favorable au maigre qu’à la viande
Du mieux pour le maigre mais toujours pas terrible pour la viande finie. L’année 2018 s’est globalement traduite par un écart…
Vignette
« Rompre le silence sur les difficultés des agriculteurs »
Une étude réalisée pour Solidarité Paysans pointe la somme de pressions que subissent les agriculteurs d’aujourd’hui. Rompre le…
Vignette
Dominique Chargé, président de Coop de France

Dominique Chargé, a été élu fin décembre à la présidence de Coop de France. Il était jusqu’alors président de la section…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande