Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Elvea : l'inquiétude s'installe face aux difficultés des éleveurs

La situation économique des producteurs était la préoccupation majeure évoquée lors de l'assemblée générale d'Elvea France. Des perspectives ont été brossées concernant le travail des OP.

La pérennité de la filière bovine est en jeu si la situation économique n’évolue pas », commence Philippe Augier, vice-président d’Elvea. Le ton est donné, dès l’ouverture de l’assemblée générale d’Elvea France, regroupement des associations d’éleveurs, qui s’est tenue à Arras, le 10 juin dernier.

PRÉSERVER LE STATUT DES ORGANISATIONS DE PRODUCTEURS

« Les producteurs n’ont plus la capacité de répondre à un nouveau coup dur tel que la sécheresse qui sévit actuellement et menace d’impacter de façon exceptionnelle, les ressources en fourrages, poursuit ce dernier. Il faut un prix rémunérateur. » Elvea s’est fortement mobilisée tout au long de la procédure d’examen et d’adoption du texte de Loi de modernisation agricole par les parlementaires, pour préserver le statut des organisations de producteurs non commerciales. Elle a souligné le rôle majeur des associations dans la structuration de la filière bovine et mis en avant l’aide apportée sur le plan technique et économique aux éleveurs adhérents. Elvea espère ainsi que les associations d’éleveurs ne seront pas remises en cause, suite au bilan par secteur, de l’organisation de la production et de l’efficacité des différents modes de commercialisation, réalisé cette année. « Dans la situation actuelle de la filière bovine, l’heure ne doit pas être aux positions doctrinaires, mais à une approche pragmatique », a noté Philippe Augier. Les associations d’éleveurs entendent pour leur part poursuivre et dynamiser leurs actions au service des éleveurs et de la filière. Quatre axes de travail ont ainsi été définis pour l’avenir.

REMONTEE DES DONNEES COMMERCIALES

Le premier axe s’oriente sur la remontée et le traitement plus réactif des données commerciales afin de fournir aux éleveurs des informations sur les prix « départ ferme » à la semaine selon les catégories et les fluctuations du marché. Le projet d’une charte interne éleveurs-acheteurs est également en cours, pour un meilleur partenariat. Elle vise à renforcer les liens entre eux et à formaliser les objectifs d’actions collectives avec plus de transparence. « Nous souhaitons, par ailleurs, le renforcement de la structuration des démarches filières qualité. Cette charte devrait apporter une plus grande cohésion pour obtenir une offre plus importante. Pour terminer, nous réfléchissons à la création d’une association d’organisation de producteurs (AOP) pour ensemble, nous donner la capacité de mieux gérer certains segments de production et de réaliser une meilleure adéquation offredemande », évoque Philippe Augier. Julien Turenne du ministère de l’Agriculture a ajouté qu’une évaluation sur l’adaptation au marché, pour demain être plus compétitif, a été lancée. Le bilan se fera dans les prochains mois. « Sur un plan général, l’enjeu pour l’année à venir est de permettre aux éleveurs de tenir économiquement dans une situation de crise exceptionnelle et de leur proposer des perspectives pour le moyen terme. L’élevage est un atout pour la France. Le rôle des associations est de porter cette activité économique essentielle pour toutes les régions françaises », conclut Jean-Pierre Duclos, président d’Elvea France.

Elvea France c’est :

- 44 associations

- 1 207 115 bovins commercialisés toutes catégories

- 895 000 vaches allaitantes (soit 22 % du cheptel national)

- 197 000 vaches laitières (soit 5 % du cheptel national)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
L’image de la viande argentine ternie par la part croissante des feedlots
Près du quart du territoire argentin a un climat idéal dix mois sur douze pour faire pousser de l’herbe. Malgré ces atouts pour…
Vignette
Le prix, toujours le prix et encore le prix
Le prix des bovins finis a été au cœur des débats lors du dernier congrès de la Fédération Nationale Bovine. Faute d’obtenir des…
Vignette
Olivier Chaillou, président de Terrena

Olivier Chaillou, a été élu le 21 décembre à la présidence de Terrena et succède à Hubert Garaud. Il était jusqu’à…

Vignette
L’année 2018 a été plus favorable au maigre qu’à la viande
Du mieux pour le maigre mais toujours pas terrible pour la viande finie. L’année 2018 s’est globalement traduite par un écart…
Vignette
« Rompre le silence sur les difficultés des agriculteurs »
Une étude réalisée pour Solidarité Paysans pointe la somme de pressions que subissent les agriculteurs d’aujourd’hui. Rompre le…
Vignette
Dominique Chargé, président de Coop de France

Dominique Chargé, a été élu fin décembre à la présidence de Coop de France. Il était jusqu’alors président de la section…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande