Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Quel coût pour une assurance prairie ?

Certaines compagnies sont en train de développer une offre d'assurances multirisques pour les prairies qui devraient remplacer les indémintés versées par le Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA). De plus, dans le cadre du deuxième pillier de la PAC, une subvention allant jusqu'à 65 % des primes d'assurance est prévue pour augmenter le taux de participation des éleveurs. Pour l'instant, aucun accord n'a été trouvé et des incertitudes restent quant à l'attractivité et l'efficacité d'un tel programme d'assurances. Pour estimer la demande des éleveurs pour une assurance récolte pour les prairies, il est nécessaire de prendre en compte les capacités des éleveurs à gérer les aléas en interne (réduction du risque d'exposition et adaptation mise en place face à une baisse transitoire de production herbagère pour réduire l'impact de l'aléa).

"Ainsi, nous avons conduit une étude afin d'estimer quel prix les éleveurs bovins de type naisseur herbager sont prêts à payer en fonction du niveau de couverture et d'évaluer les conséquences des choix de production et d'assurance sur la sensibilité du profit aux aléas de production fourragère. La substitution entre assurance prairie et auto-assurance (baisse du chargement, stock de fourrage de sécurité) est prise en compte", note les auteurs de l'étude.

Les résultats indiquent que les éleveurs seraient prêts à payer jusqu'à 14 EUR par hectare, 19 EUR et 34 EUR pour couvrir toute leur surface en herbe avec une couverture, respectivement, de 70 %, 80 % et 90 % des rendements moyens. Ces montants sont à moduler en fonction du niveau des stocks de sécurité. D'autre part, si le coût de l'assurance est de 130 % de l'indemnité moyenne reçue et que les primes d'assurance sont subventionnées, la sensibilité des profits aux pertes de production d'herbe supérieures à 30 % est réduite. Si le coût d'assurance est élevé (200 % ou plus de l'indemnité moyenne), le régime des calamités agricoles reste plus favorable à l'éleveur que l'assurance privée subventionnée.

 

Etude présentée lors des Rencontres Recherches Ruminant 2014.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
« Aimez la viande, mangez-en mieux »
Interbev lance une nouvelle campagne de communication collective à destination du grand public. L'objectif est d'initier un…
Vignette
L’image de la viande argentine ternie par la part croissante des feedlots
Près du quart du territoire argentin a un climat idéal dix mois sur douze pour faire pousser de l’herbe. Malgré ces atouts pour…
Vignette
Le prix, toujours le prix et encore le prix
Le prix des bovins finis a été au cœur des débats lors du dernier congrès de la Fédération Nationale Bovine. Faute d’obtenir des…
Vignette
Olivier Chaillou, président de Terrena

Olivier Chaillou, a été élu le 21 décembre à la présidence de Terrena et succède à Hubert Garaud. Il était jusqu’à…

Vignette
L’année 2018 a été plus favorable au maigre qu’à la viande
Du mieux pour le maigre mais toujours pas terrible pour la viande finie. L’année 2018 s’est globalement traduite par un écart…
Vignette
« Rompre le silence sur les difficultés des agriculteurs »
Une étude réalisée pour Solidarité Paysans pointe la somme de pressions que subissent les agriculteurs d’aujourd’hui. Rompre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande