Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Dossier
Les dérobées au service de la gestion des stocks

Les cultures dérobées ne sont pas sans risque et restent un pari sur la météo estivale. Bien menées, elles peuvent pallier un déficit fourrager exceptionnel à un coût plus compétitif que du foin acheté.

Les années se suivent et ne se ressemblent pas. Pourtant, 2012 a démarré comme la précédente. Voire pire. Mi-avril, il était malgré tout trop tôt pour s’alarmer, la pluie faisant un retour jugé encore bien timide dans certaines régions. Quoiqu’il en soit, les aléas climatiques semblent devenir une variable à prendre en compte pour la conduite des exploitations. Et quand les prairies et les cultures fourragères ne produisent pas suffisamment, les cultures dérobées peuvent pallier, au moins en partie, le déficit.

Ces fourrages annuels d’été à cycle court permettent de constituer des stocks (sorgho fourrager ; moha, millet, avoines et ray-gras italien alternatif associés à des légumineuses) ou de disposer de surfaces à pâturer quand les prairies sont grillées (colza, navet…). Une sorte de « plan B », aime à dire Claire Brajot, conseillère fourrages à la chambre d’agriculture de la Haute- Vienne.

INTÉGRÉES DANS L’ASSOLEMENT

Les trois départements du Limousin conduisent des essais depuis trois ans chez des agriculteurs. Le message des conseillers est clair : les dérobés ne sont pas destinés à combler un déficit chronique de fourrages. Produire au printemps les stocks couvrant les besoins du troupeau reste l’objectif prioritaire. Cela passe souvent par une bonne gestion de la pâture afin de pouvoir réserver suffisamment de surface à la fauche et économiser des stocks.

« La culture des dérobées est une pratique complémentaire à une bonne gestion de l’herbe. Mais, on ne peut pas les systématiser parce qu’elles coûtent cher à produire », résume Claire Brajot. L’objectif, ajoutent les conseillers du Limousin, est « que les dérobées s’intègrent dans l’assolement sans le chambouler ». Un rendement minimal (au moins deux à trois tonnes de matière sèche par hectare) est indispensable pour que les cultures dérobées soient plus compétitives que du foin acheté. Les résultats observés dans plusieurs régions montrent des rendements extrêmement variables.

Il est donc indispensable de mettre toutes les chances de son côté. Une implantation soignée, de préférence avec un labour permet d’éviter l’étouffement de la culture par les repousses de céréales. Le respect des dates limites d’implantation pour que la dérobée puisse accomplir son cycle de végétation. Et, enfin, une fertilisation azotée à hauteur des besoins. C’est une vraie culture intercalaire qui est implantée, qui plus est à une période pas très favorable.

CONSTITUER UN STOCK DE SÉCURITÉ

Les chambres d’agriculture du Centre, qui ont également conduit des essais, rappellent en effet que « 2011 reste une année atypique pour les cultures intermédiaires. Les bons rendements obtenus dans certaines situations, malgré des semis et levées tardifs, ne doivent pas masquer le fait qu’ils ont été réalisés grâce à une pluviométrie exceptionnelle en juillet-août et grâce à un mois de septembre chaud et ensoleillé. »

Tolérantes aux fortes chaleurs et moins sensibles au stress hydrique que le maïs, on ne peut tout de même pas leur demander l’impossible. Aucune plante ne lève sans un minimum d’humidité. Les cultures dérobées restent un pari mais elles peuvent sauver la mise, voire apporter leur contribution à la constitution d’un stock de sécurité, toujours bienvenu quand les aléas climatiques font flamber les prix des fourrages.

Dossier

Semis de dérobées : quelles espèces choisir ? p.16

Dans le Limousin : des résultats pour les stocks et la pâture p.22

Chez Olivier Lambert dans la Creuse "Les dérobées ont pallié le manque de stocks" p.24

Chez Fabrice Grillon dans le Cher "Les 21,5 ha de dérobées ont permis un apport de 122 tMS" p.26

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
« L’IVV moyen a été amélioré de 20 jours »
Chez Michel et Jean-Michel Poirier, les vaches passent le plus clair de leur temps à l'extérieur et vêlent toute l'année. Grâce à…
Vignette
L’index minéral Physio pour mieux identifier les formules

L’offre de la marque de minéraux d’Inzo a été retravaillée avec une indexation autour de six thématiques : reproduction…

Vignette
Chaleur, sécheresse : l’année qui bat les records

L’été 2018 se classe au second rang des étés les plus chauds depuis 1959 annonçait Météo France en…

Vignette
PhysiA Energy Drink pour les fraîches vêlées

La firme-services propose la solution PhysiA Energy Drink pour une récupération optimale des vaches venant de vêler.…

Vignette
Or rouge en quête de viandes persillées

La société CV Plainemaison souhaite pour sa marque Or rouge une plus forte proportion de carcasses persillées. Un essai sur la…

Vignette
Autonomie alimentaire et cohérence
Pour assurer la quasi-autonomie de son troupeau naisseur-engraisseur, Daniel Le Corre axe son travail sur la qualité des…
Publicité