Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un marché européen du jeune bovin contrasté

D'après la lettre mensuelle de conjoncture de l'Institut de l'Elevage, le marché du jeune bovin est lourd en Espagne, en Pologne et en Allemagne. Il est par contre équilibré en Italie, et se tient bien en France pour les mâles de races à viande.

jeunes bovins en Italie
© S.Bourgeois

« La production de jeunes bovins en Pologne n’a pas fini de payer le scandale sanitaire lié à la commercialisation de vaches malades » explique l’Institut de l’Elevage dans sa lettre de conjoncture mensuelle Tendances. Les cours des jeunes bovins n’ont pas cessé de reculer depuis février dernier. La demande européenne en viande polonaise s’est nettement réduite. D’après Eurostat, seulement 61 000 mâles ont été abattus en février soit 21 % de moins qu’en 2018. Mais cumulée sur deux mois, la baisse des abattages n’est que de 4 %. « Les mâles restant à écouler, qui ne bénéficient plus du marché turc, devraient peser sur les marchés dans les mois à venir » analyse l’Institut de l’Elevage.    

En Espagne également, le marché des jeunes bovins est lourd. Les abattages ont nettement progressé depuis l’automne 2018, en lien avec l’effondrement du marché turc pour les bovins vivants. D’après Eurostat, 7 % de plus de jeunes bovins ont été abattus en février par rapport à l’année précédente. « Ces abattages supplémentaires pèsent sur le marché domestique espagnol comme sur le marché communautaire du jeune bovin. »

En Allemagne, la demande limitée fait pression sur les cours. L’offre en jeunes bovins est pourtant en net recul (-14 % entre début avril et début mai par rapport à 2017). Mais la demande évolue de façon structurelle (davantage de haché et transformé à partir de vaches, que de piécé issu de jeunes bovins). Et la concurrence des viandes à griller de porc et volailles se fait sentir.

En Italie par contre, le marché du jeune bovin semble équilibré. Les cours sont stables depuis plusieurs semaines, et d’ailleurs les cours sont repassés au-dessus du niveau de l’an dernier à la même date. « L’offre toujours modérée fait face à une demande des abatteurs plutôt limitée. »

En France enfin, avec toujours moins de jeunes bovins laitiers sur le marché et des stocks de mâles en ferme limités, les sorties de mâles devraient rester limitées dans les mois à venir. Par rapport à l’an dernier, la BDNI recense -10 % de mâles de race à viande de 12 à 18 mois et -7% de 18-24 mois. Les exportations de jeunes bovins gras vers le Maghreb sont dynamiques cette année, et elles devraient contribuer également à réduire les abattages en France. Le jeune bovin U cote mi-mai au-dessus des deux années précédentes, à 3,97 euro/kgC. Le JB R a par contre perdu quelques centimes ces dernières semaines, à 3,77 euro/kgC, mais il se situe quand même 1 % au-dessus de celui de l’an dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
La baisse de production se confirme
La décapitalisation bovine française se confirme, accentuée par l’impact sanitaire de la FCO. Les disponibilités en animaux…
Vignette
'Astuce' Un araseur de bouses et taupinières
À Saint-Aubin-en-Charollais en Saône-et-Loire, Simon Dumontet a réalisé un outil bien pratique pour niveler le sol et araser…
Vignette
De la sécurité avec des méteils semés sous couvert de prairies
Chez Denis Briantais en Indre-et-Loire. L’éleveur s’est relevé des crues de 2016 et a passé 2018 sans trop de problèmes, grâce en…
Vignette
"L'accord avec le Mercosur semble n'avoir jamais été aussi proche"
Dans un communiqué du 28 mai, la FNB appelle une nouvelle fois le gouvernement à répondre concrètement à ses interrogations. L'…
Vignette
En Argentine, cherche gaucho désespérément
Pour les propriétaires et gérants d’estancias, pas facile de trouver le gaucho idéal. Dur et mal payé, le métier peine à attirer…
Vignette
Quatre systèmes fourragers décortiqués
Inosys - réseaux d’élevage des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres - a comparé, pour un naisseur-engraisseur avec 70 vêlages,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande