Réussir bovins viande 20 août 2001 à 16h41 | Par Sophie Bourgeois

Viande bovine - Produire du veau sous la mère dans l´Ouest ?

Les réseaux d´élevage Pays de la Loire et Deux-Sèvres ont simulé
sur un système naisseur-engraisseur intensif, l´impact obtenu sur le résultat d´exploitation, si la moitié des taurillons était remplacée par des veaux sous la mère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Au vu des résultats, des éleveurs de l´Ouest sont prêts à réfléchir à cette orientation.
Dans le contexte actuel d´une demande moins forte en viande bovine, aussi bien sur le marché intérieur qu´européen, des pistes peuvent être explorées pour adapter les systèmes d´élevage des Pays de la Loire et Deux-Sèvres", explique Jacques-Martial Bouet, de la Chambre d´agriculture de Vendée. "Respect des droits PMTVA, allègement des poids de carcasse et recherche de nouveaux débouchés pour 10 à 15 % des mâles engraissés : il semble que quelques créneaux nouveaux pourraient se développer dans la région."
Les réseaux d´élevage ont exploré la possibilité, sur leurs cas-types naisseurs extensifs et naisseurs-engraisseurs semi-intensifs, de produire des boeufs de 28-30 mois abattus à 400 kilos de carcasse. Pour les naisseurs-engraisseurs intensifs, ils ont testé le remplacement de 50 % des taurillons par des veaux sous la mère.
"Nos simulations montrent que ce système passe bien au niveau du résultat d´exploitation et permet une importante baisse du tonnage de viande produite, de 18 %", commente Jacques-Martial Bouet. "Le résultat d´exploitation est identique, 114 000 francs avec des veaux sous la mère contre 115 000 francs avec 100 % de taurillons, pour un niveau d´aides inférieur, 187 300 francs contre 211 200 francs."
Au niveau technique, les références utilisées pour cette simulation ont été recueillies auprès d´éleveurs en agriculture biologique qui produisent des veaux sous la mère en race charolaise. Ils sont élevés sans faire appel à des vaches de race laitière. Les vaches dont les veaux sont vendus, ainsi que les vaches ayant perdu leurs veaux contribuent à les allaiter. La commercialisation de quinze veaux s´échelonne de décembre à juin. Ils sont vendus à 130 jours et fournissent des carcasses de 130 kilos vendues à un prix moyen de 43 francs. Dans cette hypothèse, le nombre de primes bovins mâles passe de 29 à 14. Le chargement technique diminue de 10 % environ.
L´assolement reste identique.
"La production de veaux sous la mère pourrait se substituer à environ 5 à 10 % des taurillons produits en région Pays de la Loire et Deux-Sèvres", estime Jacques-Martial Bouet. "Le public d´éleveurs auquel nous avons présenté ces simulations s´est déclaré prêt à y réfléchir. Bien sûr, ce nouveau créneau ne pourrait se mettre en place localement qu´à la condition que des opérateurs d´aval ne s´y engagent."
La production de veaux sous la mère bénéficie a priori d´une image excellente auprès du consommateur français. Reste qu´elle est très exigeante en main-d´¦uvre. Elle nécessite un certain savoir-faire, et aussi des vaches suffisamment conformées et laitières, très bien nourries.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui