Réussir bovins viande 06 juillet 2016 à 08h00 | Par François d'Alteroche

Nouvel organisme de sélection Charolais

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Entre 2008 et 2014, la race charolaise a enregistré une érosion de ses effectifs, alors que, dans le même intervalle, les effectifs de races réputées plus faciles à conduire s’affichent en progression.
Entre 2008 et 2014, la race charolaise a enregistré une érosion de ses effectifs, alors que, dans le même intervalle, les effectifs de races réputées plus faciles à conduire s’affichent en progression. - © F. d'Alteroche

Alain Guillaume, président de Gènes diffusion, a officialisé, à l’occasion d’une journée sur la génomique charolaise organisée début juin 2016 dans la Loire, le projet de création d'un second organisme de sélection (OS) pour la race Charolaise. Une décision très liée au projet de règlement zootechnique européen actuellement en cours de discussion, pour une mise en application d’ici deux ans. Il se traduira par la mise en place de Breed Society avec la possibilité dans un même pays d’avoir plusieurs Breed Societies pour une même race. Ce nouvel OS s’appellerait Charolais Plus. Ses promoteurs mettent en avant, pour justifier sa création, l’actuelle érosion des effectifs de la race charolaise, avec un recul de 13% du nombre de veaux (purs ou croisés) nés de mères charolaises entre 2008 et 2014, alors que dans le même intervalle de temps les effectifs de races réputées plus faciles à conduire s’affichent en progression. En s’appuyant entre autres sur les avancées permises par la génomique, la volonté est de redoubler d’efforts pour travailler sur les facilités de naissance et les aptitudes fonctionnelles, puisque ces aspects sont actuellement plébiscitées par les éleveurs. Et de mettre aussi en avant tout le travail réalisé par Gènes diffusion depuis près de trente ans sur la sélection de souches génétiquement sans cornes. Une belle réussite avec un côté visionnaire, dans la mesure où la sélection sur ce caractère avait su anticiper les attentes.

« Notre volonté est aussi de travailler de façon plus étroite et concertée avec les différentes organisations de producteurs, en utilisant mieux et surtout davantage pour la sélection les différentes données d’abattage. C’est à l’aval de nous indiquer sur quelle morphologie d’animaux nous devons nous orienter », a précisé Alain Guillaume. Aucune information n’a en revanche été dévoilée sur le nombre d’élevages et de femelles reproductrices qui pourront être à terme concernés par Charolais Plus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui