Réussir bovins viande 19 juillet 2004 à 15h52 | Par Propos recueillis par Sophie Bourgeois

Marché des jeunes bovins - Pour Olivier Prothon d´Ubifrance(1) « Français et Italiens sont soumis à la même menace »

Les jeunes bovins de races à viande engraissés en France et ceux engraissés en Italie à partir de broutards français correspondent en Italie à un même produit, pour un même marché. Ils sont soumis en ce moment à la même menace.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Quels sont les causes des difficultés commerciales, qui depuis quelques semaines s´exacerbent, pour la vente de jeunes bovins engraissés en France sur le marché italien ?

Olivier Prothon - L´évolution actuelle du marché italien fait suite à une période d´environ deux ans, ayant suivi la dernière crise ESB. Cette période a été l´objet d´une récupération de la consommation plus favorable à l´origine nationale (italienne) et aux garanties de marques ou d´enseignes. La dynamique de marché était positive. Actuellement lui succède une phase aux caractéristiques différentes. Le marché, devenu équilibré, n´est plus en progression et le contexte économique - une réelle perte de pouvoir d´achat du consommateur italien - incite à des positionnements en prix les plus réduits possibles.

Et les jeunes bovins de races à viande engraissés en France perdent des parts de marchés ?

O. P. - La menace provient de l´offre d´autres pays européens comme l´Allemagne, l´Irlande, l´Autriche., souvent plus concurrentielle en terme de prix mais cependant différente en type et qualité de produit. Ces origines intéressent plus actuellement le marché italien. Avec l´évolution prévisible de l´OMC (Organisation mondiale du commerce), la perspective se rapproche d´un accès au marché européen rendu plus favorable aux pays tiers exportateurs comme par exemple le Brésil, l´Argentine.

O. P. - La menace provient de l´offre d´autres pays européens comme l´Allemagne, l´Irlande, l´Autriche., souvent plus concurrentielle en terme de prix mais cependant différente en type et qualité de produit. Ces origines intéressent plus actuellement le marché italien. Avec l´évolution prévisible de l´OMC (Organisation mondiale du commerce), la perspective se rapproche d´un accès au marché européen rendu plus favorable aux pays tiers exportateurs comme par exemple le Brésil, l´Argentine.

Quelles actions pourraient conforter la position des jeunes bovins de races à viande ?

O. P. - Cela ne veut pas dire, bien entendu, qu´il n´y aura, sur le marché italien, de place que pour des produits à bas prix avec des qualités inférieures. Il faut bien garder à l´esprit qu´actuellement l´essentiel de la consommation italienne porte, en matière de viande bovine « rouge », sur de la viande de jeunes bovins de races à viandes pures ou croisées.
La viande issue de l´élevage allaitant français, qu´elle ait été engraissée en France ou en Italie, doit mieux défendre sa position au « coeur de la gamme ». Pour cela deux types d´orientation sont à prévoir. En premier lieu, réduire au mieux le prix de revient final du produit, de façon à répondre à la demande de prix bas actuelle. En second lieu, établir voire renforcer ou « légitimer », aux yeux du consommateur italien et peut-être par le biais d´une communication menée en partenariat avec les groupes d´éleveurs, les industriels et les distributeurs, l´image d´un produit issu d´une filière de plus en plus accompagnée de garanties et entièrement conçue pour le type de viande.

Comment dépasser pour y arriver la concurrence entre viande de jeune bovin français et viande de jeune bovin italien ?

O. P. - La production italienne n´a jamais couvert l´intégralité de son marché. La France a sa place à la fois pour approvisionner la filière engraissement et pour compléter l´approvisionnement du marché italien. Avec la mise en place de la Pac, pèse sur l´engraissement de jeunes bovins en Italie la menace d´une baisse d´activité : le montant global des primes Pac sera réduit et le risque du choix d´un système de découplage quasi-complet est fort.
Les engraisseurs italiens peuvent mieux s´accommoder de la concurrence de jeunes bovins français que de ceux d´autres origines. Ils peuvent occuper une position complémentaire sans déstabiliser le positionnement d´un produit aux caractéristiques proches.

Il ne faudrait pas que les engraisseurs français se découragent avant de s´être donné les moyens de construire un véritable marché pour le jeune bovin. Il est vrai qu´il y a aujourd´hui un paradoxe à dépasser : les volumes actuellement en jeu ne sont pas assez importants ni assez réguliers pour pouvoir mettre en place une véritable politique d´exportation, à travers des filières assurant fiabilité et homogénéité des apports. Et en même temps, sans ces filières la production de jeunes bovins n´est pas suffisamment attractive aux yeux des éleveurs français pour qu´elle se maintienne.

(1) Ubifrance : Centre français du commerce extérieur.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Cet article est extrait du dossier de Réussir Bovins Viande de Juin intitulé « L´avenir du jeune bovin sera plus clair en 2006 ». Nombreux témoignages et analyse internationale des prix de revient à l´appui, la revue explique que, « découplée, la production de jeunes bovins risque d´être peu attractive. Néanmoins, les opérateurs insistent sur son intérêt économique et structurel. » (RBV juin 2004, 22 pages)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui