Réussir bovins viande 08 avril 2015 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Les systèmes avec maïs plus consommateurs de carburant

Une étude conduite dans des élevages bovins viande du bassin charolais a permis de mettre en évidence l’impact des pratiques et du parcellaire sur les consommations de carburant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’influence très significative des pratiques fourragères sur les consommations de carburant a été mise en évidence dans les élevages bovins viande.
L’influence très significative des pratiques fourragères sur les consommations de carburant a été mise en évidence dans les élevages bovins viande. - © S. Bourgeois

Dans le cadre du Casdar Salenpro (Systèmes allaitants - environnement et production), « nous avons mené une étude avec pour objectif de mettre en évidence les impacts des pratiques fourragères et les caractéristiques du parcellaire sur la consommation de carburant, afin d’identifier des leviers et de quantifier les marges de progrès possibles en vue de réduire les impacts environnementaux, tout en maintenant les performances de production en élevage bovins viande », a expliqué Jean Devun de l’Institut de l’élevage, lors des journées Rencontres Recherche Ruminants de décembre.

Ce travail a été entrepris à partir d’exploitations allaitantes des réseaux de l’Inra et de l’Institut de l’élevage – chambres d’agriculture du bassin charolais. « La démarche visait à établir un modèle de prédiction de la quantité de carburant utilisée, en partant de l’hypothèse que cette consommation dépendait principalement du nombre d’hectares de cultures fourragères (maïs ensilage), du nombre d’hectares de cultures de ventes, du nombre d’hectares d’herbe récoltée en première et deuxième coupes, de son mode de récolte et de distribution. » Les données ont été recueillies au sein de 171 exploitations spécialisées bovins viande avec plus ou moins de cultures, 51 ont fait l’objet d’enquêtes complémentaires sur le parcellaire. Un des objectifs de ces enquêtes a été de caractériser le parcellaire en prenant en compte l’éclatement et la dispersion, mais aussi la diversité des situations vis-à-vis, par exemple, du broyage de haies, de façon à en évaluer les conséquences sur les consommations de carburant.

- © Infographie Réussir

Une majoration de 13 % avec un parcellaire éclaté

« Cette analyse fait apparaître l’influence très significative des pratiques fourragères sur les consommations de carburant. Deux classes de consommation de carburant ont été définies en fonction du système fourrager : avec ou sans maïs ensilage. Les exploitations avec ensilage de maïs sont les plus consommatrices. Les enquêtes complémentaires ont montré d’autre part que les caractéristiques du parcellaire jouent également un rôle. Ainsi, les exploitations au parcellaire regroupé voient leur utilisation de carburant minorée d’environ 11 %. À l’inverse, celles au parcellaire éclaté ou dispersé ont des consommations majorées d’environ 13 % », poursuit Jean Devun. Elles ont aussi permis d’estimer les temps et les consommations de carburant consacrés au broyat de haies qui prend en moyenne 45 minutes et demande 8 litres de carburant, par hectare de SAU. D’autres facteurs comme la puissance et la dimension des matériels, les techniques culturales et les types de sols restent à étudier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui