Réussir bovins viande 24 juin 2016 à 08h00 | Par Virginie Quartier

Le groupement des vêlages améliore les performances en élevage

Levier technique toujours gagnant par son impact sur les performances animales et sur l’organisation du travail, le groupement strict des vêlages est pourtant dans les faits peu pratiqué.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le choix de la période de vêlage est un élément stratégique, avec des conséquences sur l’organisation du travail et la gestion technique.
Le choix de la période de vêlage est un élément stratégique, avec des conséquences sur l’organisation du travail et la gestion technique. - © F. d'Alteroche

Souvent vu comme un moyen d’organiser le travail en élevage, le groupement des vêlages est aussi un levier d’amélioration des performances techniques. Une étude menée sur 6 615 élevages  des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres montre que, dans les faits, seuls 17 % des élevages pratiquent un groupement des vêlages strict sur trois mois ou sur une double période de deux fois trois mois (avec au moins 90 % des vêlages sur trois mois ou sur deux périodes de trois mois). L’objectif de ce suivi sur trois ans est de mesurer l’impact de la stratégie de groupement des vêlages sur les performances de reproduction.

Une différence de 25 jours d’IVV en faveur des vêlages groupés

Avec des vêlages groupés, la productivité numérique est de 6 à 8 % supérieure par rapport à des vêlages non groupés. Les écarts sont encore plus importants sur les intervalles vêlage-vêlage (IVV) moyens : de 384 jours en vêlages groupés à 408 jours en vêlages non groupés. « Cela s’explique par une plus grande rigueur sur la date de début et de fin de mise à la reproduction en vêlages groupés », avance Julien Fortin, conseiller à la chambre d’agriculture du Maine-et-Loire. Sur le taux de mortalité des veaux, il y a un léger effet du groupement des vêlages, de 8,3 % en moyenne en vêlages groupés sur trois mois à 12,3 % en non groupés en Charolais par exemple , ou encore de 5,9 % en groupés trois mois à 8,8 % en non groupés en Limousine.

Regrouper les vêlages sur une période de trois mois, c’est possible. Le calage n’est pas toujours évident et peut prendre du temps. "Il est illusoire de vouloir grouper rapidement le vêlage des vaches sans dégrader leur IVV, car avancer les vêlages est impossible. C’est pourquoi le groupement des vêlages commence par la maîtrise de la reproduction des génisses. Ainsi, il faut mettre un maximum de génisses à la reproduction, car ce sont les seules pour lesquelles on peut « décider » de la date de vêlage ", explique l’Institut de l’élevage. Le regroupement des vêlages impose de réformer les vaches qui décalent de la période choisie. Pour compenser ces réformes, le taux de renouvellement doit être majoré de 10 à 15 %, estime l’Institut de l’élevage.

- © Infographie Réussir

Prendre le temps de caler les vêlages sans dégrader l’IVV

Le choix de la période de vêlage est un élément stratégique, avec des conséquences sur l’organisation du travail, la gestion des prairies et des stocks fourragers, l’organisation des bâtiments, le coût alimentaire, les périodes de commercialisation, les performances techniques… Une courte période de deux à quatre mois donne en moyenne à la vache trois possibilités pour être fécondée. Seules les vaches vêlées en fin de cycle ne disposent que de deux cycles pour être gestantes et ne pas être décalées. Ce principe permet de sélectionner les femelles sur le critère de la fertilité, critère occulté lorsque le taureau reste toute l’année avec les vaches. Ensuite, il faut surveiller et noter les dates de chaleurs au moins un mois avant la date de mise à la reproduction. Pour les vaches, il est conseillé d’arrêter les IA ou de retirer le taureau trois à quatre mois après le début de la mise à la reproduction, voire plus tôt si le nombre de femelles pleines suite au diagnostic de gestation est suffisant. Pour les génisses, la période de reproduction ne doit pas excéder deux mois, car l’intervalle entre le premier et le deuxième vêlage est généralement plus long et les génisses qui vêlent en fin de période risquent d’être décalées dès l’année suivante.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui