Réussir bovins viande 06 avril 2001 à 16h30 | Par François d´Alteroche

La montée en puissance de l´élevage espagnol

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Malgré un niveau de consommation intérieur qui demeure modeste avec 16,4 kilos équivalent carcasse/habitant/an, l´Espagne a sensiblement développé son troupeau allaitant et sa production de viande bovine ces dernières années. Ce pays se caractérise par des animaux abattus jeunes et destinés tant au marché intérieur qu´à l´exportation.
Au sein de l´Union européenne, l´Espagne bovine semble faire bande à part. Alors que l´an dernier le cheptel de l´ensemble des pays membres de l´Union européenne enregistrait un léger reflux, celui de l´Espagne affichait gaillardement une progression de 7,5 % de ses effectifs totaux. Une progression à mettre sur le compte tant du troupeau allaitant que des animaux en cours de finition. "Avec 1,81 million de têtes fin 1999, l´Espagne détient le troisième cheptel de vaches allaitantes de l´Union européenne, loin derrière la France, mais désormais au coude à coude avec le Royaume-Uni", explique l´Institut de l´élevage dans un récent dossier(1) consacré à la production de viande bovine dans ce pays.
En dix ans, le nombre de vaches allaitantes a progressé de 750 000 têtes, favorisé en cela par la mise en place des différentes aides européennes. Désormais l´Espagne comptabilise davantage de vaches allaitantes que de vaches laitières (1,236 million). Mais en matière d´élevage allaitant, le troupeau espagnol ne devrait plus guère évoluer dans les années à venir compte tenu du plafonnement du nombre de droits à prime au niveau actuel.
De taille très variée, les troupeaux allaitants sont répartis dans un peu moins de 100 000 exploitations. "En 1997, les deux tiers des exploitations comptaient moins de 10 vaches et 2,5 % plus de 100 vaches." Largement localisés dans tout l´ouest du pays, ces cheptels sont le plus souvent conduits dans des systèmes très extensifs. C´est notamment vrai dans les provinces de Castille, Leon, Extremadure et Andalousie où les animaux doivent se contenter de parcours partiellements boisés de chênes verts, chênes lièges ou oliviers possédant un potentiel fourrager limité compte tenu de la faiblessse et l´irrégularité des précipitations (400 à 600 mm/an). Les plus gros élevages appartiennent souvent à des propriétaires résidant en ville qui délèguent la gestion de leurs terres et de leurs cheptels à des régisseurs. Avec les "latifundia", l´une des particularités du foncier espagnol est d´avoir maintenu de vastes exploitations appartenant au même propriétaire. 53,4 % de la surface agricole espagnole appartiennent à 2 % des propriétaires fonciers qui possèdent des exploitations d´une superficie minimum de 500 hectares.
La panoplie des races bovines allaitantes utilisées est assez variée. On recense en Espagne une cinquantaine de races locales dont seulement sept bénéficient d´un programme d´amélioration génétique. Dans nombre de ces élevages allaitants, les orientations génétiques retenues reposent sur un troupeau de mères d´une race locale bien adaptée à ces conditions d´élevage difficiles et qui pourront ensuite être croisées avec des taureaux de race à viande (généralement Charolais ou Limousin).
A côté de ces élevages conduits dans des conditions extensives qui produisent généralement des broutards vendus entre six et huit mois pour des poids vifs qui oscillent entre 200 et 250 kilos, il y a eu un fort développement du cheptel allaitant dans toute la corniche cantabrique, au nord du pays. Cette région est très souvent appelée "l´Espagne verte" compte tenu d´un niveau de précipitations beaucoup plus favorable à la production fourragère. Il s´agit alors d´éleveurs qui ont depuis peu mis en place un atelier de vaches allaitantes en plus ou en substitution d´un cheptel laitier. Le mode de conduite est alors beaucoup plus intensif même si ces éleveurs mettent souvent à profit l´utilisation de pâturages de moyenne montagne.
Engraissement
"La seconde raison de la croissance du troupeau espagnol tient au dynamisme de l´engraissement, notamment à partir d´animaux importés, si bien que les animaux de boucherie de moins d´un an ont doublé en effectifs, passant de 740 000 têtes en 1989 à 1,45 million de têtes en 1999. La croissance de l´engraissement repose toutefois sur des cycles très courts. La quasi totalité des jeunes bovins engraissés (mâles comme femelles) est abattue avant un an."
Encouragée par les aides compensatoires et les démarches qualité qui ont été mises en place, la finition des animaux est aussi en progression sensible chez les éleveurs naisseurs, notamment dans les zones sèches.
Mais beaucoup d´incertitudes demeurent pour savoir comment va évoluer la production espagnole de viande finie. Cela dépendra certainement beaucoup des autres productions hors-sol, du comportement des investisseurs dans l´activité d´engraissement, du marché du maigre français et irlandais, de la production de jeunes bovins dans le nord de l´Union européenne et en Italie, et bien entendu de la consommation, mais aussi de l´usage des anabolisants qui semble encore fréquemment pratiqué.
Toutefois, une disponibilité accrue en bétail maigre espagnol et une progression de 100 000 têtes du quota de PSBM dans le cadre de l´agenda 2000 devrait faire pencher la balance vers une légère hausse de la production qui serait toutefois sans commune mesure avec les hausses de volumes sans précédent enregistrées ces dernières années.


(1) "L´élevage bovin espagnol : dynamiques et perspectives de développement", dossier réalisé en 1999 à la demande de l´Ofival par Charles Lacoste alors élève ingénieur à l´ESA d´Angers.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui