Réussir bovins viande 05 septembre 2018 à 08h00 | Par Bernard Griffoul

L'exportation dynamise l'engraissement espagnol

En Espagne, l'activité d'engraissement bénéficie d'une nouvelle dynamique. Depuis 2015, elle est stimulée par les exportations de bétail vivant vers les pays du pourtour méditerranéen. Avec par ricochet une progression des importations de veaux laitiers et de broutards.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En broutards, le prix à la pièce pour le maigre importé ne doit pas dépasser 800 à 950 euros (rendus) pour un poids inférieur à 300 kilos. Les Limousins légers du Sud-Ouest et de l'Ouest de la France sont particulièrement prisés.
En broutards, le prix à la pièce pour le maigre importé ne doit pas dépasser 800 à 950 euros (rendus) pour un poids inférieur à 300 kilos. Les Limousins légers du Sud-Ouest et de l'Ouest de la France sont particulièrement prisés. - © B. Griffoul

Tous les opérateurs de la filière bovine qui travaillent avec l'Espagne se disent impressionnés par les chiffres qui nous proviennent de par-delà les Pyrénées. De 2014 à 2017, les exportations espagnoles d'animaux vivants vers les pays tiers ont été multipliées par 3,4. L'an dernier, l'Espagne a exporté 209 000 bovins de plus de 160 kilos, dont 180 000 hors des frontières de l'Union européenne. Elle est en tête des États membres pour les exportations en vif vers les pays tiers (15 % du total), devant la Hongrie (13 %) et la France (12 %). Cette ouverture aux marchés extérieurs a stimulé les prix de vente des animaux finis et boosté la production nationale. « C'est le Maghreb qui gère le prix de la viande en Espagne », résume José Andres Villellas, un important engraisseur espagnol. « Ce sont les pays tiers qui ont clairement relancé la dynamique de l'engraissement », ajoute Benoît Albinet, directeur commercial de Deltagro Export. La flambée des prix des matières premières et en particulier des céréales en 2007 avait provoqué une chute spectaculaire de l'engraissement. Le point bas a été atteint en 2014 avec une production nette de viande (abattages totaux) de 578 000 téc (tonnes équivalents carcasse). En 2016, elle était déjà remontée à 640 000 téc, proche du point haut de 2008. L'ascension devrait se poursuivre. L'Institut de l'élevage prévoit une production de 648 000 téc en 2018. « En Espagne, on ne trouve plus une étable pour mettre des veaux, alors que trois ans en arrière beaucoup étaient vides », affirme Yvan Armaing, un des commerciaux Espagne de Deltagro Export. De nouvelles constructions émergent ici ou là pour créer des places.

L'arrivée du débouché turc est une « révolution »

Comment ont-ils fait pour ouvrir si rapidement ces nouveaux marchés, alors qu'en France, les actes ont bien du mal à succéder aux intentions ? « Après la suppression des restitutions, nous n'étions plus compétitifs. Nous ne faisions presque plus d'export, expliquait Sebastián Hernández, gérant de Bovi SA, l'un des principaux exportateurs d'animaux vivants, lors d'un colloque (Top Gan), en novembre dernier. Mais, depuis 2010, le changement est très important. Nous avons repris avec le Liban, qui a été le point de départ de ce renouveau et le pays avec lequel nous avons réappris à exporter. » D'autres pays du pourtour méditerranéen se sont ensuite ouverts. La Lybie, qui importe beaucoup d'ovins, mais qui est devenue aujourd'hui le premier importateur de bovins. Expédier les deux espèces sur les mêmes bateaux permet de réduire le coût du fret. L'Égypte, qui importe du bétail à engraisser et prêt à abattre, ou encore l'Algérie. Et, puis un tout nouveau, qui s'est ouvert l'an dernier et suscite beaucoup d'espoir, selon Sebastian Hernández : la Turquie. « C'est une révolution vu son volume d'achat. Du 31 mai 2017 au 24 octobre 2017, nous avons fait quasiment 30 000 jeunes bovins et nous espérons continuer sur ce rythme. » Avec seulement sept mois d'activité, la Turquie représentait déjà 14 % des exportations d'animaux vivants, se situant à la troisième place.

Efforts de l'administration pour ouvrir les marchés

L'exportateur espagnol souligne les efforts faits par l'administration centrale pour faciliter l'ouverture de tous ces pays et obtenir des certificats sanitaires, malgré une situation administrative complexe (Communautés autonomes). « Nous travaillons de façon satisfaisante avec la filière bovine pour développer les exportations, à l'image de ce que nous avons fait pour le porc », confirmait lors de ce même colloque Agustin Vellila, représentant du ministère de l'Économie. Les deux ports, d'où partent les animaux vivants -- Tarragone et Carthagène -- n'ont pas hésité non plus à faire les investissements nécessaires pour faciliter l'expédition. Carthagène a créé de toutes pièces depuis 2010 deux plateformes d'exportation pour le vif sur le modèle de celui de Sète. La taille des unités d'engraissement facilite aussi la recherche des animaux et le remplissage de bateaux de 1 000 ou 2 500 têtes. Les frais d'approche sont moins élevés et, quand il faut faire des quarantaines, il est plus aisé de trouver des bâtiments adaptés.

« Des mâles jeunes, pas gras, avec une viande claire »

Si l'intendance a l'air de suivre, encore faut-il que les jeunes bovins expédiés vers les pays tiers soient compétitifs sur ces marchés. Ils le sont à double titre. « Les engraisseurs espagnols produisent des mâles jeunes, pas gras, avec une viande claire, qui convient parfaitement au pourtour méditerranéen. Et, ils le font très bien, analyse Germain Milet, de l'Institut de l'élevage. L'Égypte, par exemple, importe beaucoup de viandes indienne et brésilienne, qui ont une mauvaise image. L'abattage sur place de jeunes bovins espagnols permet d'avoir de la viande fraîche, qui se démarque complètement de la viande bas de gamme en termes de tarifs. Même au plus fort de la crise monétaire qui a sévi en Égypte à partir de fin 2015, avec une dévaluation de la monnaie de 80 %, les Espagnols ont réussi à maintenir leurs envois et tenu leurs engagements. » La gamme variée de races, poids et âges permet de satisfaire toutes les demandes.

« Les kilos les plus faciles à faire prendre »

Les Espagnols font aussi preuve d'une excellente compétitivité prix grâce à des coûts de production maîtrisés. Ils sont très vigilants sur le prix des animaux mis en engraissement. Leur premier critère d'achat est le prix à la pièce. Leurs jeunes bovins sont conduits en cycles courts (moins de 16 mois, voire moins d'un an). « Ils produisent les kilos les plus faciles à faire prendre et travaillent avec des indices de consommation bas », explique Benoît Albinet. Le prix de l'aliment est très compétitif. Depuis quatre ans, il est remarquablement stable et, surtout, il coûte 50 euros de moins à la tonne qu'en France. « Pour engraisser une bête, il faut deux tonnes d'aliment. Ils ont donc 100 euros d'avance sur nous », constate le directeur commercial de Deltagro Export. Les coûts de structure (main-d'oeuvre, bâtiment) sont moins élevés qu'en France. Et, enfin, le professionnalisme des engraisseurs espagnols est unanimement souligné. « Ils se fixent des objectifs de production très précis en matière d'âge et de poids et ont un suivi nutritionnel très pointu, note Germain Milet. C'est une production très standardisée. » Leur première place européenne à l'export vers les pays tiers ne devrait pas être menacée de si peu.

- © Infographie Réussir

Chiffres Clés 2017

o 641 000 t de viande (abattages)

o 275 000 t d'équivalent viande exportées dont 82 000 t d'animaux vivants et 170 000 t de viande fraîche et congelée

o 209 000 bovins vivants de plus de 160 kg exportés dont 86 % vers les pays tiers

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui