Réussir bovins viande 09 février 2005 à 13h02 | Par Bernard Griffoul

Grands troupeaux - Un agrandissement plus ou moins bien maîtrisé pour le foncier et les bâtiments

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des terres dispersées, des bâtiments mal agencés, augmentent forcément la charge de travail et génèrent des contraintes fortes pour son organisation. Mais, analyse l´Institut de l´élevage, dans les exploitations enquêtées, l´influence du foncier et des bâtiments « reste généralement très secondaire devant le poids du projet d´élevage voulu et mis en oeuvre par les exploitants. » Les structures foncières les plus pénalisantes (terrains morcelés et éloignés) sont plus fréquentes dans les zones à fortes pressions foncières, telles que Pays de la Loire et Pyrénées-Atlantiques. Mais, aussi dans les exploitations collectives qui ont souvent fait un agrandissement à marche forcée pour maintenir une main-d´oeuvre plus importante.
La moitié des éleveurs ont adapté leurs bâtiments à la dimension du troupeau tandis que les autres doivent encore composer avec des bâtiments peu fonctionnels. ©B. Griffoul

Des progrès dans les installations de stockage
Grande diversité de situations aussi en matière de bâtiments, avec toutefois deux tendances.
Un certain nombre d´éleveurs, au fur et à mesure de l´agrandissement, ont cherché à réorganiser les bâtiments au siège d´exploitation afin qu´ils restent fontionnels malgré l´accroissement du cheptel. Parmi eux, certains, au terme de leur croissance, ont été jusqu´à reconstruire complètement leur parc de bâtiments. Par contre, près de la moitié des éleveurs enquêtés ont encore des bâtiments dispersés, parfois distants de plusieurs kilomètres et souvent vétustes. Les investissements sont en retard sur la croissance de l´exploitation. Ces éleveurs ont d´ailleurs souvent recours au plein air pour une partie des animaux, pas toujours dans de bonnes conditions. « D´une manière assez générale, une grande marge de progrès persiste dans les installations de stockage des fourrages et surtout des concentrés », observent encore les auteurs de l´étude. Même constat sur les équipements de conduite des vêlages et sur les installations de contention qui sont très souvent inexistants.
Pour en savoir plus : voir dossier de Réussir Bovins Viande, de janvier 2005.
« Grands troupeaux : la rigueur est de mise dans la conduite du cheptel » titre la revue qui explique que « face à l´agrandissement des troupeaux, l´organisation et la simplification du mode de conduite sont souhaitables pour ne pas se faire déborder par le travail. » (RBV nº112, 19 pages)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui