Réussir bovins viande 04 mars 2002 à 12h34 | Par S. B.

Fonctionnement du rumen - L´acidité du rumen arbitre les fermentations

Les fermentations microbiennes sont très variables. Elles dépendent de la vitesse de fermentation des aliments et du pH, lui-même fonction de la composition de la ration.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Tout changement d´alimentation modifie les conditions de vie des micro-organismes du rumen et donc les fermentations microbiennes. Prenons l´exemple d´un broutard en croissance, recevant une ration constituée essentiellement de fourrage. Lorsqu´on lui distribue une ration fortement énergétique d´engraissement et riche en amidon, du type par exemple ensilage de maïs et concentré, tout son écosystème microbien est remanié. L´activité et la composition des différentes espèces microbiennes sont fortement modifiées. « Cette ration étant beaucoup plus rapidement fermentescible, les produits terminaux issus des fermentations microbiennes s´accumulent. Les concentrations en acides gras volatils et en acide lactique augmentent beaucoup et le pH diminue », expliquent Cécile Martin et Brigitte Michalet-Doreau, de l´équipe Digestion microbienne de l´unité de recherche sur les herbivores, à l´Inra de Theix.
Acidose avec un pH inférieur à 5,5
Des changements de nature physique s´opèrent aussi dans le rumen puisqu´on passe d´une ration à base de parois végétales, à une ration en petites particules qui sont attaquées plus rapidement par les micro-organismes. « L´animal rumine moins et produit moins de salive. Le rôle de tampon de la salive fonctionne donc moins ce qui contribue aussi à la baisse de pH. » La viscosité du liquide du rumen augmente, les gaz s´accumulent et la pression s´amplifie. En conséquence de cette baisse de pH, les bactéries cellulolytiques sont très inhibées et disparaissent en grande quantité, suivies des bactéries méthanogènes. « Les protozoaires à leur tour sont de moins en moins nombreux et peuvent même disparaître complètement en conditions de nutrition drastiques. Au contraire, les bactéries amylolytiques deviennent dominantes, et il se développe aussi une flore qui tolère bien l´acidité qui s´est installée dans le rumen, qui utilise et qui produit de l´acide lactique. »
Si le pH descend en dessous de 5,5, le bovin est en situation d´acidose. Si le pH baisse encore et passe sous le seuil de 5, des lactobacilles produisant de l´acide lactique se multiplient. En arrivant en dessous de 4,5, seuls ces lactobacilles subsistent au détriment des autres et l´acide lactique s´accumule dans le rumen. L´animal peut en mourir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui