Réussir bovins viande 20 décembre 2012 à 15h37 | Par F.d'Alteroche

Finale de Moulins - La crème Charolaise achève la saison des concours

Moulins est le dernier rendez-vous des sélectionneurs Charolais avant la trêve hivernale. Aperçu des quatre principaux champions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Helsinki, super prix d'honneur, à Thierry Marié, Cher © F. d'Alteroche Harmonie, prix d'honneur laitonne, à Eric Feurtet, Saône et loire © F. d'Alteroche Eldorado, prix d'honneur mâle adulte, à Cédric Tainturier, Côte d'or © F. d'Alteroche Dentelle, prix d'honneur vache adulte au Gaec Nanotti, Moselle © F. d'Alteroche

Le traditionnel concours de Moulins, dans l'Allier, 117° du nom cette année, a conclu fin novembre la saison des différents concours Charolais. Il a surtout permis de confronter les lauréats de tous les différents concours qui se sont déroulés dans les départements où la race est bien implantée. Une date qui marque aussi le véritable début de la saison hivernale avec des éleveurs qui seront désormais surtout mobilisés par les soins aux animaux et la surveillance des vêlages.

Cette manifestation a rassemblé des animaux toujours aussi impressionnants côté poids et développement, à l'image du super prix d'honneur des mâles de l'année - appartenant à Thierry Marié dans le Cher - qui affichait 753 kilos à peine âgé d'un an. Dans la catégorie des mâles adultes, le lauréat est Eldorado (à Cédric Tainturier, Côte d'Or), le dernier champion du concours national de Saulieu. Pour les femelles adultes, la championne vient de Lorraine. Dentelle (au Gaec Nanotti, Moselle) avait été championne à Metz. Enfin, dans la catégorie des laitonnes de l'année, c'est Harmonie à Eric Feurtet (Saône et Loire) qui a été distinguée par le jury.

Côté commerce, cette manifestation a comme à l'accoutumé permis aux sélectionneurs de prendre différents contacts. « Il y a eu de nombreuses transactions tout au long de l'automne. » expliquait Michel Baudot, président du herd book Charolais. La conjoncture plus favorable sur le marché de la viande finie a incité à renouveler de nombreux taureaux, même si la dégringolade sur le prix du maigre tout au long du mois de novembre est facteur d'inquiétude. « On assiste également à une évolution de l'âge auquel sont vendus les taureaux de renouvellement qui est très lié au désaisonnement des dates de vêlage chez bon nombre de nos clients. Beaucoup d'éleveurs veulent des taureaux prêts à saillir et donnent par conséquent priorité aux jeunes mâles âgés de 18 mois à deux ans plus qu'à des veaux de l'année qui ne pourront être utilisés que sur un nombre limité de femelles pour leur première saison de monte. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui