Réussir bovins viande 07 mars 2018 à 17h00 | Par Emeline Bignon

Faut-il avoir recours à un conservateur ?

Pour l'ensilage d'herbe, l'ajout d'un conservateur ainsi que son choix se raisonnent en fonction des conditions climatiques, des caractéristiques et de la qualité de l'herbe récoltée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Si l'on peut s'en passer en conditions optimales, le recours à un conservateur reste néanmoins souvent une bonne garantie s'il est utilisé correctement.
Si l'on peut s'en passer en conditions optimales, le recours à un conservateur reste néanmoins souvent une bonne garantie s'il est utilisé correctement. - © Claas

Répandus dans les pays nordiques, beaucoup moins en France, les conservateurs ont démontré leur efficacité technique. Par contre, ce ne sont pas des produits miracle et ils ne remplacent pas les bonnes pratiques de récolte et de réalisation d'un silo d'ensilage d'herbe. « On peut obtenir une conservation correcte sans additifs de conservation, mais les résultats obtenus en leur absence se montrent plus aléatoires », indique Anthony Uijttewaal d'Arvalis.

La conservation de l'ensilage repose sur une acidification rapide grâce au développement de bactéries lactiques. Les conservateurs doivent faciliter et accélérer cette acidification naturelle au démarrage pour parvenir à pH stabilisé le plus vite possible. À la clé : moins de pertes de matière sèche, une meilleure préservation des valeurs azotées et énergétiques garantissant la qualité du fourrage et donc une meilleure valorisation par les animaux.

Moins de pertes et plus d'ingestion

Sur le marché, on trouve deux grands types de produits : les conservateurs acides et les conservateurs biologiques.

Les conservateurs acides ont une action directe sur la baisse du pH. L'acide formique a un fort pouvoir acidifiant, tandis que l'acide propionique se révèle davantage un stabilisateur antifongique qu'un acidifiant. Les traitements à base d'acides ont l'avantage d'offrir une efficacité garantie même en conditions de récolte défavorables. Pour les plantes difficiles à ensiler comme la luzerne ou le dactyle, pauvres en sucres et avec un pouvoir tampon élevé, un conservateur acidifiant est d'autant plus utile si les plantes récoltées sont jeunes, et lors de présence de terre à la récolte. Ces conservateurs ont toutefois mauvaise presse en lien avec les risques de corrosion du matériel. « Cela était vrai il y a trente ans quand on utilisait encore de l'acide propionique pur, rétorque Christophe Michaut de Perstorp. Ce n'est plus le cas aujourd'hui car les formules intègrent désormais des acides tamponnés. Par ailleurs, les produits sont soumis réglementairement à des tests de corrosivité ».

Les conservateurs biologiques, à base de bactéries associées ou non à des enzymes, présentent une action moins directe sur la conservation et plus dépendante du fourrage. Il faut distinguer les inoculants à base de bactéries homofermentaires et ceux à base de bactéries hétérofermentaires. Les premiers synthétisent uniquement de l'acide lactique et améliorent la vitesse d'acidification. Les seconds synthétisent de l'acide lactique mais aussi propionique et acétique qui inhibe levures et moisissures. Ils constituent un vaccin contre les échauffements en prévenant les reprises en fermentation à l'ouverture du silo. Les conservateurs biologiques ont un intérêt sur des fourrages ressuyés à préfanés, qui ont concentré suffisamment de sucres. Sans quoi, les bactéries ne pourront pas se multiplier.

Un conservateur adapté à la situation sinon rien

« Selon les années, il faut veiller à opter pour un conservateur adapté, en fonction des caractéristiques de la matrice végétale (teneur en sucres, pouvoir tampon), des conditions de récolte (taux de MS) et de l'objectif recherché (acidification, stabilité aérobie), insiste Christophe Michaut. Attention aussi à une répartition homogène dans la masse, ainsi qu'au dosage. Il faut taper fort. Travailler à demi-dose, c'est comme ne rien faire », conclut-il.

Combien ça coûte ?

« Dans une majorité de situations, le recours à un conservateur à la bonne dose se montre rentable pour l'ensilage d'herbe, avance Anthony Uijttewaal d'Arvalis. Mais à ce jour, il n'y a pas d'étude économique pour mettre en balance le coût et les bénéfices engendrés. »

Au dosage homologué de 3 l/t pour un conservateur acidifiant tamponné, Nutrilac indique « un coût de 6 EUR/t brute traitée, pour un ensilage qui coûte environ 30 EUR/t brute ». La société Lallemand estime le coût d'un conservateur entre 5 et 12 EUR/tMS. « Il y a 8 à 10 % d'écart de pertes quantitatives entre un silo d'herbe traité ou non traité. À elle seule, cette différence justifie l'investissement, sans tenir compte des pertes qualitatives liées à la valeur énergétique et protéique, estime Christophe Michaut de Perstorp. Avant de s'interroger sur le coût d'un conservateur, demandons-nous à combien se chiffre la perte de 10 % de fourrages au silo ? »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui