Réussir bovins viande 09 mars 2007 à 17h46 | Par Sophie Bourgeois

Engraissements des JB - Le réseau d´élevage Limousin propose des repères pour l´engraissement de broutards achetés

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les réseaux d´élevage Limousin proposent des repères technico-économiques pour la production de jeunes bovins « légers » (370 kg de carcasse) ou « lourds » (400 à 420 kg de carcasse) à partir de broutards achetés(1).
En zone Limousine, deux stratégies conduisant à acheter des broutards, en complément d´un système naisseur-engraisseur en place, sont rencontrées. La première correspond à une opportunité liée à la disponibilité d´un stock d´aliment, ou bien à une offre de maigre jugée intéressante à un moment où il y a de la place en bâtiment. Dans ce cas, aucun investissement spécifique n´est réalisé et l´effectif concerné dépasse rarement 25 à 30 animaux par an. L´autre stratégie correspond à une évolution du système avec la volonté d´occuper le bâtiment toute l´année par des entrées en bande des broutards, qui s´accompagne souvent d´investissements.
Une des motivations du choix de l´engraissement des naisseurs-engraisseurs du Limousin est la recherche d´un revenu supplémentaire. ©F d´ A.

Une récente enquête de l´Institut de l´élevage chez des naisseurs engraisseurs du Limousin a permis de cerner les principales motivations.
« La recherche d´un revenu supplémentaire est tout particulièrement lors d´une installation sans possibilité d´agrandissement, ou de l´arrêt de certaines aides comme les CTE, la PHAE. » L´engraissement de broutards complémentaires est aussi une façon de mieux adapter les besoins en travail avec le personnel disponible, comme par exemple un salarié à temps plein (alors que sans ce complément un temps partiel suffirait), un nouvel associé. « L´engraissement de broutards achetés est aussi vu comme un moyen de rentabiliser des investissements rendus nécessaires par la taille de l´exploitation. » C´est par exemple le cas quand les bâtiments sont modernisés lors de la mise aux normes, et quand pour améliorer les conditions de travail, les éleveurs investissent dans une distributrice, une désileuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui