Réussir bovins viande 30 septembre 2005 à 11h29 | Par Sophie Bourgeois

Engraissement - Les réallotements des « JB » à l´origine d´un stress chronique

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´intérêt des jeunes bovins et de leurs éleveurs est sans doute de maintenir le plus longtemps possible, dans les mêmes cases d´engraissement, des animaux qui ont été élevés ensemble, quitte à transférer un lot entier d´animaux pas nécessairement de poids homogène de chez un naisseur à chez un engraisseur. C´est ce que montrent des résultats expérimentaux(1) récents.
Le critère d´allotement le plus utilisé au début et parfois au cours de l´engraissement des jeunes bovins est leur poids. Or ces travaux montrent que l´homogénéité de poids ne se maintient pas au cours de l´engraissement. C´est même plutôt l´inverse du but recherché puisque l´on observe que les écarts de poids se réduisent dans les lots qui étaient hétérogènes au début, et qu´ils augmentent dans les lots homogènes.

« Par ailleurs, le réallotement a pour conséquence de perturber le groupe social et d´augmenter les agressions, du fait de l´établissement d´une hiérarchie. Et l´établissement d´une hiérarchie est d´autant plus difficile que les animaux sont de poids homogène », explique Luc Mounier de l´Ecole vétérinaire de Lyon. Les essais ont montré que les jeunes bovins se battent davantage pendant les heures qui suivent le réallottement, et surtout qu´ils ont par la suite moins de relations d´affinité entre eux, signe d´une moindre cohésion sociale. Ceci a été montré par des tests pour évaluer cette cohésion sociale pendant l´engraissement qui consistaient à placer les jeunes bovins dans une situation de compétition alimentaire ou dans une situation de séparation sociale.
Après réallotement, a hiérarchie au sein du lot est peu stable et surtout la cohésion sociale est très faible. ©F. d´Alteroche

Des effets sur toute la durée de l´engraissement
Or c´est la cohésion sociale qui leur permet d´avoir moins peur face à des situations stressantes, d´être apaisés. Le réallotement est donc à l´origine d´une diminution de l´effet apaisant que peut avoir le groupe face à des événements stressants tels que le transfert vers l´abattoir par exemple.
« Cette plus faible cohésion sociale est vraisemblablement à l´origine d´un stress », selon Luc Mounier. C´est une activité supérieure en fin d´engraissement de la TH, une enzyme de synthèse des cathécholamines, qui a signé l´état de stress chronique chez les animaux réallotés dans ces essais. « Contrairement aux idées reçues, l´impact du réallotement ne se limite pas aux heures qui le suivent mais se ressent sur toute la durée de l´engraissement ».
Ces expériences ont montré aussi que la vitesse de croissance est en moyenne plus élevée chez les animaux qui n´ont pas été réallotés, comparée aux animaux réallotés chez un même éleveur. Des différences de 60 à 150 g de GMQ ont été mises en évidence.
On savait que le mélange d´animaux d´origine différente pouvait s´accompagner d´une augmentation du risque de pathologies, liée au mélange des microbismes. Dans cette étude, les jeunes bovins n´ont pas présenté plus de symptômes ni de mortalité dans les lots réallotés. « Nous pensons que c´est grâce aux protocoles sanitaires appliqués par les éleveurs qui pratiquent le réallotement. »

(1) Thèse de Luc Mounier, réalisée à l´Inra de Clermont-Ferrand et présentée à l´Université de Clermont-Ferrand en mars 2005.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui