Réussir bovins viande 15 janvier 2015 à 08h00 | Par Camille Coulon

En Argentine, Mariano Williams voudrait pouvoir exporter sa production de bœuf

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avant de reprendre l’exploitation familiale à 23 ans, Mariano Williams a travaillé au marché aux bestiaux 
de Liniers pour le compte 
de négociants. " Cela m’a permis de mieux connaître et mieux défendre a posteriori le prix 
de mes animaux. »
Avant de reprendre l’exploitation familiale à 23 ans, Mariano Williams a travaillé au marché aux bestiaux de Liniers pour le compte de négociants. " Cela m’a permis de mieux connaître et mieux défendre a posteriori le prix de mes animaux. » - © C. Coulon

Mariano Williams est éleveur de vaches angus sur 1236 hectares dans le bassin du Salado en Argentine. Il est également trésorier de la Confédération des associations rurales de Buenos Aires et de La Pampa (CARBAP). Le souhait de cet exploitant syndicaliste, actuellement, est de tourner la page et de revenir à l'export.

En Argentine, les prix du bétail évoluent en dents de scie pour ne pas dire en montagne russe. Aujourd’hui, un bouvillon gras de 400 kg vaut autour de 1,50 euro le kilo vif.
« Le bétail est bradé car le gouvernement contrôle le prix du bœuf à l’étalage pour que les citadins puissent manger leur grillade dominicale, sans laquelle leur humeur vire au noir », se désole Mariano Williams. Et de déplorer aussi l’évolution de la mentalité de la population argentine. Très majoritairement urbaine, elle est le plus souvent « dressée », à tous points de vue, contre les propriétaires terriens, souvent enviés, voire haïs par des citadins qui ignorent ou plutôt méconnaissent l’activité d’élevage.
« Nous voudrions juste que nos dirigeants politiques nous laissent travailler, lâche-t-il. Notre priorité reste de pouvoir exporter librement du bœuf. Nous ne produisons presque plus d’animaux lourds, lesquels étaient jusque-là destinés en priorité aux marchés d’exportation », dit-il en évoquant les restrictions à l’export de bœuf imposées depuis huit ans, pour privilégier l’offre du marché domestique aux dépens du commerce extérieur, favorisant cette production de carcasses légères plébiscitées par le marché intérieur argentin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui