Réussir bovins viande 17 janvier 2005 à 15h37 | Par Bernard Griffoul (1)

Elevage Bovin - Les protéagineux ont la valeur d´un concentré

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Bien que leur intérêt économique soit actuellement limité, les protéagineux (pois, féverole, lupin) n´en constituent pas moins une alternative intéressante aux aliments à base de céréales et tourteau de soja, notamment pour les éleveurs soucieux d´une parfaite traçabilité. Sur le plan technique, divers essais ont montré qu´ils sont bien acceptés par les animaux et que les performances sont aussi bonnes qu´avec le tourteau de soja. Les veaux d´élevage valorisent parfaitement les graines entières pendant la période d´allaitement et de post-sevrage.
La fabrique d´aliment à la ferme avec le silo toile ©jaune pour la conservation du maïs grain humide par la technique d´inertage. ©B. Griffoul

Les protéagineux bien adaptés à l´engraissement
La valeur énergétique des protéagineux est proche de celle des céréales et leur teneur en matières azotées totales (MAT) est intermédiaire entre céréales et tourteau de soja : 20 à 25 % pour le pois et la féverole, 35 % pour le lupin. Pour remplacer un kilo de tourteau de soja, il faut 2,8 kg de pois ou féverole. Mais, en revanche, cela permet de réduire la céréale, voire de la supprimer. Un kilo de pois ou féverole est équivalent à 0,35 kg de tourteau de soja plus 0,65 kg de céréale. Un kilo de lupin a la valeur de 0,55 kg de tourteau de soja plus 0,45 kg de céréale. A signaler encore, que la paille de pois a la valeur d´un foin de qualité moyenne.
Le pois et la féverole doivent être broyés grossièrement ou aplatis, mais pas trop finement pour limiter la dégradation des protéines dans la panse ou les risques d´acidose lorsqu´on distribue des quantités importantes. Par contre, le lupin peut être donné entier mais il est préférable de le broyer grossièrement. L´introduction de protéagineux dans une ration augmente la part de concentrés. Pour éviter les acidoses, il est important de réaliser des transitions longues (sur 4 à 5 semaines) ; avec des régimes à base d´ensilage de maïs ou de céréales, ne pas oublier non plus de distribuer des fourrages grossiers. Si les concentrés ne sont pas mélangés avec le fourrage, il faut étaler leur distribution dans la journée.
Le soja graines entières est d´utilisation récente. Un essai a montré qu´il permet de bonnes performances d´engraissement. Toutefois, il est très déséquilibré entre les PDIN (228 g/kg de MS) et les PDIE (86 g/kg de MS) et il est très riche en matières grasses. Il ne faut pas incorporer plus de 500 g dans la ration.
(1) D´après l´Institut de l´élevage et les Chambres d´agriculture de Midi-Pyrénées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui