Réussir bovins viande 21 novembre 2003 à 15h32 | Par Sophie Bourgeois

Elevage bovin - En Picardie, un Gaec où les Charolaises sont suivies au même titre que les légumes ou les porcs

Au sein d´un Gaec de quatre et bientôt cinq personnes, produisant des pommes de terre, des betteraves, des céréales et avec un important atelier naisseur-engraisseur de porcs, la conduite des Charolaises pourrait être un peu négligée. C´est loin d´être le cas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Thomas Leroux est un nouvel éleveur de Charolais. C´est un peu pour l´opportunité de la reprise d´exploitation lui permettant de s´installer voilà trois ans, qu´il s´est lancé dans l´élevage allaitant. Installé à Mailly-Raineval dans la Somme, il est en Gaec avec son père, son oncle et son cousin, et son frère va les rejoindre prochainement. « Nous suivons l´atelier vaches allaitantes avec la même approche et d´aussi près que sont suivis les autres ateliers du Gaec », explique Thomas Leroux.
©S. Bourgeois

Faire évoluer le troupeau sans y passer trop de temps
Le Gaec produit des pommes de terre, des betteraves, des céréales, exploite une unité de conditionnement de pommes de terre de consommation ainsi qu´un important atelier naisseur-engraisseur de porcs de 480 truies. « Les vaches allaitantes sont un peu la cinquième roue du carrosse, étant donné l´importance du Gaec. Mais notre stratégie consiste à quand même faire le mieux possible, et à faire évoluer l´élevage avec des investissements restant proportionnés et raisonnés », explique Thomas Leroux qui pour sa part, en plus de la conduite du troupeau Charolais d´une quarantaine de mères, s´occupe de toutes les céréales. « Un autre de mes objectifs est de passer un minimum de temps à soigner le troupeau. J´ai eu la chance pour cela de reprendre un bâtiment fonctionnel. » Les décisions pour la conduite du troupeau sont prises avec sous les yeux des résultats chiffrés.

Thomas Leroux calcule pour chaque campagne une sorte de marge semi-nette de l´atelier vaches allaitantes qui permet de le situer de façon assez indépendante des autres ateliers, et de suivre son évolution d´une campagne à l´autre. « Par exemple aujourd´hui, acheter un téléscopique ne se justifie pas au vu du résultat dégagé par l´élevage, en comparaison des autres ateliers du Gaec. » Ce calcul intègre les charges de concentrés et des surfaces fourragères -vingt-neuf hectares de prairies naturelles - , les frais d´élevage, mais aussi des charges de main-d´oeuvre comprenant le travail d´astreinte (alimentation et soins) et le travail de saison (ramassage de la paille et épandage du fumier). « Je compte sept cents heures de main-d´oeuvre par an, pour moi et mon salarié, y compris même les visites quotidiennes de surveillance quand les vaches sont en pâture », explique l´éleveur. Sept cents heures par an, cela représente deux heures par jour de moyenne.
©S. Bourgeois

Marges de progression sur le plan technique et économique
La maîtrise des charges opérationnelles a été l´un des premiers cheval de bataille de Thomas Leroux. La ration du troupeau valorise les co-produits du Gaec, pommes de terre broyées et pulpes sèches. La paille entre aussi largement dans la ration et la productivité des prairies naturelles a été améliorée (désherbage, resemis, entretien de type ébousage...). La productivité numérique du troupeau a été aussi depuis le début un souci de l´éleveur. « Pour ceci, le tableau de bord que nous avons reçu, établi à partir des notifications faites à l´EDE est très éloquent » (voir texte ci-contre). Pour la dernière campagne, ce document chiffre le produit perdu ou le manque à gagner par l´élevage de Thomas Leroux à 2142 euros, à cause d´un IVV un peu long de 377 jours et d´un taux de mortalité des veaux de 12 % (cinq veaux), soit 7 % de plus que l´objectif.

La maîtrise des charges opérationnelles a été l´un des premiers cheval de bataille de Thomas Leroux. La ration du troupeau valorise les co-produits du Gaec, pommes de terre broyées et pulpes sèches. La paille entre aussi largement dans la ration et la productivité des prairies naturelles a été améliorée (désherbage, resemis, entretien de type ébousage...). La productivité numérique du troupeau a été aussi depuis le début un souci de l´éleveur. « Pour ceci, le tableau de bord que nous avons reçu, établi à partir des notifications faites à l´EDE est très éloquent » (voir texte ci-contre). Pour la dernière campagne, ce document chiffre le produit perdu ou le manque à gagner par l´élevage de Thomas Leroux à 2142 euros, à cause d´un IVV un peu long de 377 jours et d´un taux de mortalité des veaux de 12 % (cinq veaux), soit 7 % de plus que l´objectif.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui