Réussir bovins viande 11 décembre 2014 à 08h00 | Par Sophie Bourgeois

Des repères sur les coûts de fonctionnement des bâtiments

Pour raisonner l'investis- sement dans un bâtiment pour vaches allaitantes, il ne faut plus étudier les coûts d'investissement seuls, mais intégrer à la réflexion les coûts de fonctionnement du système. Des références sont proposées par les chambres d'agriculture des Pays de la Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dix types de bâtiments pour vaches allaitantes ont été comparés.
Dix types de bâtiments pour vaches allaitantes ont été comparés. - © F. d'Alteroche / archives

Une étude réalisée par les conseillers bâtiments du groupe régional des chambres d'agriculture des Pays de la Loire(1) montre l'importance du coût de fonctionnement du bâtiment dans l'analyse du coût total d'un bâtiment pour vaches allaitantes. « Les coûts de fonctionnement peuvent représenter jusqu'à 40 % des coûts annuels liés aux bâtiments. Leur prise en compte inverse parfois les comparaisons des simples coûts d'investissement. » Par exemple, les bâtiments de type raclage lisier, peu répandus parce que chers en investissement, se démarquent nettement avec un coût total annuel parmi les moins chers de l'étude. Et les systèmes paillés ont les coûts de fonctionnement les plus élevés, la part du poste « achat de paille » expliquant en grande partie cette position.

Dix types de bâtiments pour vaches allaitantes ont été comparés. Les coûts de fonctionnement intègrent le paillage mécanique ou manuel, le raclage, l'épandage des déjections, le malaxage du lisier, l'éclairage, le coût lié à la quantité de paille nécessaire et le temps que consacre l'éleveur à ces tâches. « Le coût lié à l'alimentation n'a pas été pris en compte dans cette étude, car il n'est pas discriminant. »

- © Infographie Réussir

Les systèmes mixtes, solutions les plus économes


Les systèmes mixtes (couchage paillé accumulé et raclage lisier), y compris non couverts, sont les solutions les plus économes en investissement et en fonctionnement, d'après l'étude. « Ces systèmes sont bien adaptés à la production allaitante. En effet, ils permettent une valorisation du lisier sur prairies, assurent la propreté des animaux quel que soit le type d'alimentation, respectent les aplombs et le bien-être des animaux, et permettent d'envisager une mécanisation du raclage. »

- © Infographie Réussir

 

(1) en collaboration avec le GIE Elevage des Pays de la Loire, des Cuma de l'Ouest et l'Institut de l'élevage en 2011.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui